L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

[Lukos] Protéger & servir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



Messages : 301
Âge du Personnage : 32 ans
Lieu de vie : Nottingham

MessageSujet: [Lukos] Protéger & servir Lun 20 Avr - 11:42

Protéger
& servir
Aidan
feat.
Alexander


 

 



 

 

A la périphérie de Ballynahinch, République d'Irlande, se tenait un petit immeuble de trois étages qui, en dépit des avaries et de son état de délabrement avancé, demeurait fièrement campé sur ses fondations.


Les habitants du bourg s'étaient depuis longtemps habitués à sa façade décrépie et ne lui accordaient que rarement plus d'une demi-seconde d'attention. L'impulsion ne les prenait jamais, mais eussent-ils poussé la porte branlante du bâtiment... ils auraient découvert une atmosphère en contraste total avec l'extérieur.
A l'intérieur, tout était fait de bois. Un plancher d'ébène accueillait les pas des visiteurs. Du lambris courrait les murs et le plafond, et jusqu'au mobilier, tout était bâti de différentes essences sylvestres.

A première vue, rien n'aurait heurté l'affection des Moldus pour la normalité. La décoration était certes un peu rustique, mais rien ne déparait. A première vue. Un examen plus attentif des lieux aurait révélé quelques anomalies : pas la moindre trace d'un usage quelconque de l'électricité, de rares objets qui semblaient dotés de la faculté de se mouvoir de leur propre chef, des bougies à l'espérance de vie éternelle, ...

Ainsi était conçu le siège de l'organisation Lukos, aide et assistance aux jeunes lycanthropes.

Au premier étage, dans le bureau du fondateur, un homme affable était en plein discussion avec une jeune femme, de toute évidence, sa secrétaire. Lui, avait la nonchalance affectée et la carrure énergique de ceux qui consacrent la majeure partie de leur temps en extérieur (ou dans une salle de sport). Pas une once de graisse sur sa charpente musculeuse, qu'il animait avec un mélange de force tranquille et de grâce sauvage. S'il ne se départissait jamais de son sourire, une lueur d'agacement traversait ses traits de temps à autre, en réponse à quelques propos de la jeune femme. Elle, était belle, bien qu'un soupçon d'arrogance vienne en ternir l'éclat. Depuis maintenant quelques semaines, elle était passée en mode de séduction agressive, apparemment déterminée à obtenir une promotion du fondateur...ou de son associé. Ses décolletés plongeants ne lui faisaient perdre en rien de son efficacité mais nuisait très certainement à la concentration du personnel masculin.

Elle s'appelait Anne Chirolles, jeune française ambitieuse de vingt-sept ans. Il se nommait Aidan Morgenstern, irlandais de trente-deux ans.
Ils étaient présentement occupés à la mise en place du planning de la semaine. Ou presque.

« Monsieur Wyndham a envoyé un hibou ce matin. Il souhaite décaler votre rendez-vous à jeudi. Une histoire de chimères... »
« Voyez s'il me reste un peu de temps après ma visite à Nottingham. »

Nottingham était l'emplacement de la deuxième antenne de Lukos, non loin de la forêt de Sherwood.

« Et, Anne ... ? »
« Oui, monsieur ? »
« Pensez à reboutonner ce chemisier. »
« Un accès de pudeur, monsieur Morgenstern ? »
« Vous allez surtout attraper la mort, jeune fille... »

La conversation s'arrêta sur un sourire, quand quelques coups frappés à la porte se firent entendre.

© Gasmask



Aidan
Morgenstern

De retour dans le jeu après six longs mois d'absence. Merci de votre indulgence.


Dernière édition par Aidan Morgenstern le Mer 13 Mai - 11:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t395-aidan-morgenstern
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: [Lukos] Protéger & servir Mar 21 Avr - 21:45

La nuit fut difficile. Et agitée de surcroît. Je ne dormis pas plus de deux heures d'affilée tant les cauchemars que je faisais me prenaient aux tripes. J'avais chaud. J'avais de la fièvre et même le fait de sortir un bras et une jambe du lit, ne me faisait aucun effet.
Mon regard gris-bleu scrutait le plafond. Je connaissais par cœur chaque dalle de ce dernier, pour l'avoir contemplé maintes fois quand mon corps était aux abonnés absents.


C'est souvent en ce moment, qu'il te dit merde, ton corps.

Je sortis de mon lit en titubant, afin de me rendre à la salle de bain pour me rafraîchir. Je soupirais d'aise, l'eau froide sur ma peau brûlante était salvatrice. Il n'y avait rien comme meilleure sensation, c'était parfait.
Mes muscles mis à mal par la nuit passée se détendirent sous l'eau glacée. Je pouvais rester ainsi des heures, à me faire une introspection nerveuse. Mais je me stoppais net, j'allais être en retard chez Stanford. Et ma patronne n'allait pas être clémente le jour de la paye si je lui faisais faux bond.
Je m'habillais à la hâte, chemise blanche, jean confortable, et converses grises. Je pris mon blouson de cuir noir présent sur ma chaise en bois et je filais. Je vis le facteur glisser une enveloppe dans ma boîte aux lettres. Je n'attendais pas de courrier immédiat, sauf peut-être le faire part de naissance de Gwenäe.
Curieux je déverrouillais le précieux sésame et une petite enveloppe couleur crème tomba à mes pieds.

Mon nom était calligraphié en lettres rondes et dorées. Je ne reconnaissais nullement l'écriture. Mais je glissais l'enveloppe dans ma poche, trop en retard maintenant pour aborder une quelconque réflexion. Ma journée jongla entre les clients et les livraisons. Et je me rappelais encore de ma dernière cliente, cette dernière me demandant de lui indiquer s'il y avait une quelconque littérature d'ordre érotique dans cette librairie.
Ce fut dur de garder mon sérieux durant toute notre entrevue, mais dès qu'elle poussa la porte de la librairie et sortit dans le brouhaha de la rue, je pouffais de rire, tant la demande me sembla cocasse. Alors que je rangeais les derniers livres dérangés par la clientèle, ma comparse me demanda ce que j'avais comme papier dans la poche arrière gauche de mon jean.
Je sortis donc l'enveloppe, l'ayant presque oubliée.


Et si c'était pas net, ce qu'il y a à l'intérieur ?

Pour en voir le cœur net, autant l'ouvrir. Je décachetais donc les deux rabats collés et en sortis une feuille assez épaisse pliée en quatre où la même écriture était présente.

Bonjour Monsieur Hamilton,
Je m'en rappelle à votre bon souvenir.
RDV à Ballynahinch - Irlande
Siège de LUKOS
A. M

Hein ?

Mais curieux comme un enfant, cela m'avait porté préjudice il y a deux ans maintenant, je pris l'initiative de me rendre en Irlande. A ce fameux fief. Arrivé à destination, je scrutais ce qui se trouvait en face de moi, un vieil immeuble. Si cela s'avérait être un traquenard ou une vulgaire plaisanterie, j'allais leur rendre leur monnaie de leur pièce.
Je n'avais pas posé un jour de congé au hasard dans ma grille horaire, surtout avec l'été qui approchait et son afflux de lecteurs affamés en quête de lectures nouvelles et de beaux jours.
Je pénétrais dans l’édifice, un nœud à l'estomac, l'enveloppe se froissant dans ma main.


Quand faut y aller, faut y aller.

Je montais les escaliers lentement, peu rassuré de ce que j'allais trouver au bout de ma quête et si ce LUKOS existait bel et bien. Arrivé devant une porte, j'entendis deux voix. L'une féminine et l'autre bien plus grave, sûrement un homme. Je toquais à la porte signalant ma présence et tournais la poignée pour me retrouver donc face à ce que j'avais pensé. Un homme et une femme, qui avant mon intrusion refaisaient peut-être le monde.
La femme était belle et aguichante, ce que je vis au premier regard et l'homme était avenant.


Le visage de l'homme m'était familier.

C'était mon sauveur Ezio, qui m'en avait fait part, il y a deux ans maintenant. En m'intimant qu'une organisation pouvait aider les jeunes lycanthropes - comme moi donc -, à évoluer dans la société et à trouver leur nouvelle place dans cette dernière. De prime abord, j'avais cru à une blague de mon bienfaiteur, mais je me fourvoyais largement. La Réalité était bien là, et je me retrouvais face à cet homme. Ezio me l'avait montré sur une photographie, mais étant sonné par la nouvelle qui m'avait frappé de plein fouet, je ne l'avais regardée qu'à moitié. Or ma mémoire photographique enregistrait tout.


Ça pouvait aider parfois.


- Bonjour. Me voilà.


Je souriais comme à mon habitude. Mais autant avouer, que le stress montait, je ne savais nullement ce qu'Aidan - merci mémoire - attendait de moi.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 301
Âge du Personnage : 32 ans
Lieu de vie : Nottingham

MessageSujet: Re: [Lukos] Protéger & servir Mer 13 Mai - 11:40

Protéger
& servir
Aidan
feat.
Alexander


 

 



 

 

Si la jeune femme nota à peine l'arrivée impromptue de leur visiteur, le visage d'Aidan, lui, se transforma du tout au tout. Les quelques plis de contrariété qui barraient son front s'estompèrent, tandis qu'un sourire franchement cordial éclairait ses traits.




« Bonjour Alexander. »

Anne tressaillit à l'énoncé de son identité et alla jusqu'à s'autoriser une petite moue.

« Monsieur Hamilton. »

Clairement, elle avait identifié l'individu et marquait ainsi sa suffisance, sous un couvert d'amabilité. Elle le savait moldu, quoique lycanthrope, et cela lui suffisait pour le classer au niveau inférieur de la hiérarchie sociale.
Aidan, qui ne connaissait que trop bien les défaillances de caractère de son assistante, lui signifia son congé d'un geste de la main.

« Ce sera tout, Anne. »

Mouchée, elle ne dit plus un mot et se dirigea d'une démarche agacée vers la porte. Il lui insupportait de ne pas être tenue au courant de la moindre affaire, du moindre rendez-vous, de la moindre bribe d'information en cours à Lukos. Cela nuisait à sa propre efficacité, selon ses propres dires.

« Oh, et voyez avec Perez les détails de l'animation du 15. »

En quelques mots seulement, Aidan Morgenstern était parvenu à apaiser sa rancœur et à lui insuffler une volonté nouvelle. La date du 15 marquait l'un des événements majeures. Se voir confier ne serait-ce qu'un infime pourcentage de son organisation démontrait la confiance qu'Aidan plaçait dans ses capacités.
Ce fut donc les épaules droites et un vague sourire aux lèvres qu'Anne effectua sa sortie. Sans claquer la porte.

« Bien. »

Toute l'attention d'Aidan se trouva concentrée sur le jeune Alexander Hamilton. Son regard scrutait sa physionomie, comme si un simple scanner physique pouvait le renseigner sur les deux années qui s'étaient écoulées depuis leur dernière entrevue.

« Assieds-toi donc et mets-toi à ton aise. »

Toujours ce sourire et cette amabilité qui n'avait rien de forcée. Aidan était, par nature, quelqu'un d’éminemment sociable.

« Veux-tu boire quelque chose ? Thé ? Jus de bleuet ? »

Il n'avait pas été sans noter une légère tension dans l’attitude générale d'Alexander. Sitôt que ce dernier fut assis, Aidan dégaina un nouveau sourire qui remontait jusqu'à ses yeux, ôta ses lunettes et lança :

« Je tenais à faire un petit point avec toi. Sur ton parcours de ces derniers mois. Sur ton état émotionnel aussi. »

© Gasmask



Aidan
Morgenstern

De retour dans le jeu après six longs mois d'absence. Merci de votre indulgence.


Dernière édition par Aidan Morgenstern le Mer 8 Juil - 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t395-aidan-morgenstern
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: [Lukos] Protéger & servir Dim 5 Juil - 22:30

Aidan était vraiment d'une amabilité sans failles. Je répondis à son sourire par un sourire contrit, peu habitué à ce genre de situation. Anne, de son charmant prénom, n'avait visiblement aucune envie d'être amicale envers moi. L'inimitié qu'elle m'offrait était si caractéristique que je n'en fis nullement cas. Je connaissais ce regard condescendant que certains ou certaines m'adressaient en rue, malgré qu'ils ne sachent rien de mon histoire. De ce qui s'est passé, il y a deux années maintenant.
Ils ne savent nullement qu'une Bête partage mon corps et me fait souffrir les nuits de pleine lune. Ils ne savent rien. Vraiment rien.


Aidan est là. Lui, il peut t'aider.

La femme étant sortie, je me sentis nettement plus détendu bien que je restais sur mes réserves. Je n'avais vu qu'Aidan en photo et Ezio m'en avait relaté que du bien, mais je restais toujours sur mes gardes. Toujours. Je ne savais jamais sur qui je pouvais tomber, mais le sourire du fondateur de LUKOS, avait tôt fait d'abattre mes dernières barrières. Je pris place donc, dans un fauteuil confortable dont il serait dur de m'extirper. Mon regard gris-bleu scrutait Aidan, comme pour l'analyser. Mon odorat développé -suite à ma nouvelle condition- m'aidait à reconnaître à certaines odeurs. Comme l'odeur d'encre présente sur les mains d'Aidan alors que ces dernières étaient impeccablement propres. Ou le parfum encore présent dans la pièce de cette femme dans des notes ténues et douces.
Et le cuir de ce fauteuil confortable qui en avait accueilli d'autres avant moi. Des Lycans ?


Sûrement.

Des êtres comme moi, qui n'avaient pas eu de chance ou qui parvenaient à s'en saisir maintenant. Tandis que mon hôte me parlait, j'analysais toujours cette pièce, lui, les odeurs et mis du temps à lui répondre. Un peu de gêne, de grattement de nuque et de sourire contrit était le lot que je pouvais lui offrir.

- Je veux bien un thé. Merci Aidan.

Le fait que j'utilise son prénom était un signe manifeste de confiance que je pouvais lui accorder. En même temps, vers qui pouvais-je me tourner ? Cette association était vraiment quelque chose de bénéfique dans ma vie. Les questions tant redoutées arrivèrent. Je soupirais, conscient que je devais lui rendre des comptes. Malgré mon humanité, j'étais en laisse. Comme un chien. Un vulgaire chien.

Normal que tu doives en parler. T'es plus trop "humain" après tout.

Où s'arrête l'Humanité et où commence la Bête ?

Je crois que je n'aurais jamais la réponse. Jamais.


- Pour tout vous dire, c'est dur. Vraiment dur. Il m'est difficile d'accepter que chaque nuit de pleine lune, je deviens quelque chose; qui n'existe que dans les légendes ou dans les films d'horreur.

Ma voix s'interrompt et devint un murmure. Les mots me déchirent les lèvres mais je dois les lui dire.

- Je ... n'ai jamais mordu quelqu'un. Jusqu'à présent. Je me suis éloigné de ma famille pour ne pas leur faire du mal. Ils ne savent pas ce que je suis devenu. Ils croient seulement que je suis parti réussir à Londres et en ce qui concerne mon travail quand je sens poindre la méchante lune, je prends congé.

Mon souffle devient rauque et je fixe Aidan de mon regard gris-bleu, sentant les larmes poindre. Larmes que je tente de retenir depuis deux années, mais elles viennent. Colériques, insidieuses, malaisées.

- J'aimerais être normal. Ne faire aucun mal. Mais la Bête est là.

Elle sera toujours là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 301
Âge du Personnage : 32 ans
Lieu de vie : Nottingham

MessageSujet: Re: [Lukos] Protéger & servir Dim 28 Fév - 12:19

HJ : je te rappelle que ce sujet se déroule deux ans après leur première rencontre Wink
Mes excuses pour le très long délai.

Aidan laissa tout le temps nécessaire à Alexander pour se détendre. De nature, les lycanthropes n'étaient pas tellement confiants. Le résultat d'une traque acharnée menée par leurs pairs au cours d'une longue et sanglante histoire. Alexander semblait, lui, encore moins confiant que la moyenne.



Leur première rencontre avait plus tenue lieu de la séance d'apprivoisement d'un animal blessé que d'une entrevue entre deux citoyens anglo-saxons. Ezio avait prévenu Aidan des circonstances, ce qui l'avait à son tour amené à se montrer prudent et lent dans son approche.

Deux ans plus tard, Alexander paraissait encore farouche et peu enclin à se laisser aller.
Il aurait pourtant dû savoir qu'il n'avait rien à craindre en ces lieux. Il ne s'y était rendu qu'une seule et unique fois. Aidan ne savait que trop bien combien le souvenir de cette première et seule visite avait pu se mêler au traumatisme des premières heures de lycanthropie. Au point même que l'individu nie sciemment toute mémoire rattachée à ses premières heures : réflexe de survie ou bien faible tentative pour préserver sa santé mentale. Aidan Morgenstern ne releva pas et s'affaira à imprégner la scène de détails familiers et quotidiens. Avec des gestes mesurés et attentifs, il prépara lui-même le thé d'Alexander, dans la plus grande tradition, sans faire usage de la moindre magie. Son expérience lui avait enseigné que nombre de jeunes moldus devenus lycans associaient la sorcellerie à leur mal.
Au lieu de prendre l'attitude du thérapeute bienveillant qui écoute son patient d'un air docte, ce qui l'avait personnellement toujours agacé , Aidan prêta donc une oreille attentive à Alexander, tout en déposant devant lui et une tasse de thé et quelques scones. Un autre trait caractéristique commun à beaucoup de lycanthropes était leur appétit impressionnant.

Enfin, l'homme prit la parole, toujours d'un ton souriant et bienveillant.

« Les premiers temps sont toujours les plus durs, Alexander. »

Aidan n'en était pas conscient lui-même, mais il avait pris l'habitude de nommer ses lycans par leur prénom le plus souvent possible. Son instinct le poussait à le faire, comme pour les rassurer sur leur humanité. Il ne fallait jamais qu'ils puissent oublier qu'ils étaient des êtres humains avant toute chose.

« C'est pour cette raison que nous sommes là, toujours. Pour toi. Pour les autres. »

S'il aurait souhaité qu'Alexander lui revienne plutôt, au lieu de souffrir en silence pendant ces deux longues années, Aidan Morgenstern n'en montra rien. La culpabilité, la honte, le jugement d'autrui étaient déjà des poids bien assez lourd pour les êtres comme lui. Le rôle d'Aidan était d'alléger au mieux ce poids.

« Je pense qu'il est peut-être temps pour toi de rencontrer d'autres lycans. La solitude n'est pas toujours une solution. »

Une fois de plus, son ton débordait de compassion, mais sans la moindre once de pitié.

« Il y a des solutions, Alexander... Il y a toujours des solutions. Ce que tu considères comme une malédiction peut avoir ses aspects positifs, je te le promets. »

Pour cette raison, il serait bon de lui présenter des lycans plus anciens, en terme d'expérience plutôt qu'en terme d'âge. Certains d'entre eux s’accommodaient très bien de leur condition. Leur contact ne pourrait qu'être bénéfique au jeune Alexander. D'autant qu'il ne pourrait jamais le croire, lui, Aidan Morgenstern, sur parole. Il aurait été trop facile à un homme comme lui de l'abreuver de vaines promesses afin de l'apaiser. Il fallait qu'il entende ce que ses congénères avaient à dire, plutôt que de les entendre de la bouche de quelqu'un d'extérieur.

« Sans compter que la recherche fait des bons en avant. »

Le problème de nombre de ces solutions, comme la potion Tue-Loup, était qu'elles étaient efficaces sur les loups-garous nés sorciers. Les résultats étaient moins probants sur les moldus. Le manque de cobaye était principalement à incriminer.

« Buvons ce thé... », proposa-t-il, en se servant lui-même une tasse. Il exécrait l'amertume du breuvage mais savait que le fait d'adopter la même attitude que son vis-à-vis générait un sentiment de confiance. L'impression d'appartenir à la même meute. Le bien-être d'Alexander valait bien ce petit sacrifice. « Puis, je te propose que nous fassions un petit tour des locaux. »

Ce serait l'occasion pour Alexander de rencontrer quelques congénères à résidence. L'occasion pour Aidan, également, de s'assurer de l'éta de santé physique et psychique du jeune lycan.







Aidan
Morgenstern

De retour dans le jeu après six longs mois d'absence. Merci de votre indulgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t395-aidan-morgenstern
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: [Lukos] Protéger & servir Jeu 10 Mar - 14:21

Je remercierais toujours Ezio d'avoir mis sur ma route Mister Morgenstern. Même si notre première rencontre avait tenu plus d'un apprivoisement que d'un dialogue à proprement parler. Il n'empêche que j'étais et restais farouche face à cette situation qui était présente depuis deux années maintenant.

Aidan, quant à lui, m'avait spécifié qu'il est et serait toujours là pour moi. J'étais devenu Autre et il était là, pour m'épauler dans ce dur combat qui était le mien désormais. Mais rien n'y faisait, malgré sa sympathie, j’émettais toujours quelques réserves. Et si, finalement, je n'étais qu'un numéro ? Qu'un sujet d'étude parmi tant d'autres ? Que j'étais une Bête, devenu ainsi par les magouilles de quelques scientifiques présents en les lieux même de Lukos ?
Il y avait cette petite voix qui me persuadait du contraire, puis il y avait l'autre, plus contrastée et bien plus massive qui me certifiait que j'étais un petit pion sur l'échiquier de la vie. Et que Mister Morgenstern, n'en avait rien à faire de moi. Qu'il était sympathique parce qu'il le devait. C'était tout.


Merde.

J'écoutais donc cet homme à l'attitude amicale et bienveillante, qui parvenait à me mettre à l'aise malgré tout. Mon regard gris-bleu vit attérrir une tasse de thé et quelques scones sous mon nez, ce qui n'était nullement pour me déplaire. J'en sentais les effluves, les parfums, tout ce qui entourait ces mets délicieux, je parvenais à m'en faire une représentation. Il n'y avait peut-être pas que des mauvais côtés à être un Monstre ? Honnêtement je ne savais pas. Cet homme était d'une gentillesse alarmante et il voulait m'aider.
Je lui souris, timidement. Conscient que j'aurais dû venir plus tôt et avoir quelques discussions avec lui. Mais il y avait la Peur et la Honte, qui me confrontaient à ce que je suis nouvellement devenu. Et je préférais rester seul dans mon coin, prétextant que je ne voulais faire de mal à personne.


C'était vrai.

- Merci. Désolé de ne pas m'en être rendu compte plus tôt. Mais j'avais peur, c'est peut-être idiot. Mais j'avais peur.

Rencontrer d'autres Lycans ? D'autres "Monstres" ?. Comme Moi.

- Voir d'autres personnes qui sont comme moi ?. Je ne sais pas, cela me semblerait bizarre ...

Il faudra bien te confronter un jour aux "Autres". Et voir que tu n'es pas seul à être ainsi.

- Si voir d'autres personnes dans mon cas, pourrait me faire avancer. Je veux bien essayer, même si me confronter aux autres ne sera pas facile.

C'était vrai. Malgré moi, j'avais envie de connaître ces gens victimes de la même malédiction mais d'un autre côté, j'étais réticent. Conscient que je n'étais pas unique en ce bas-monde et discuter avec eux, me serait malaisé. Mais il fallait que j'accepte qu'une créature bestiale et chimérique m'a bien mordu un soir de pleine lune en Albanie et que j'ai survécu.
Et quelques satanés contraintes avaient vite fait état des lieux. Aidan, je n'attendais que son approbation, certifia que nous pouvions boire ce thé, dont la tasse fumante me narguait depuis qu'elle était arrivée. Et j'avais hâte de porter à mes lèvres ce liquide ambré ainsi que de mordre dans un scone, qui lui aussi, me faisait de l’œil depuis quelques minutes.
Je buvais donc une gorgée de thé, tout en souriant à Aidan. Je savais qu'il était une épaule secourable et un soutien majeur. Mais c'était à moi de ne pas rester reclus dans mon antre, seul.


Il ne t'abandonnera pas. Ni toi, ni les Autres.

Je comprenais. Maintenant. Il était ce soutien, celui qui ne venait pas de ma famille. Elle n'était en rien au courant de toute manière. Mais il était une aide extérieure. Aide, que je ne devais pas renier. J'inspirais un grand coup et passais la main dans mes cheveux sombres, signe d'un malaise imminent.

- Mister Morgenstern, je ne suis pas très doué quand il s'agit de faire de longs discours. Mais je tenais à vous remercier, même si je reste quelque peu sur mes gardes, je sais que vous êtes cette main tendue que j'attends silencieusement. Cela m'est difficile d'accepter une aide extérieure, moi qui n'en ait pas l'habitude. Or, je sais que vous êtes là pour moi ...

Pause. Inspiration. Expiration. Sourire en demi-teinte.

- Et les Autres.

Il était grand temps de découvrir ce qu'est réellement Lukos et ce dont cette organisation peut m'apporter.

- Je vous suis.

T'as plus peur Gamin ?

Étrangement, non.






HJ: Pardon ! Moi et la temporalité on n'est jamais trop d'accord. J'espère que là, y'a plus trop de bourde ... Aucun souci, j'ai moi aussi brillé par mon absence Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 301
Âge du Personnage : 32 ans
Lieu de vie : Nottingham

MessageSujet: Re: [Lukos] Protéger & servir Dim 15 Mai - 21:21

La méfiance était un autre des traits distinctifs communs aux lycans. L'histoire avait greffé dans leurs gênes la nécessité de défier de tout et de tous, de vivre à l'écart des foules pour suivre. Sans compter que leur instinct se teintait d'une part animale, dès les premières heures suivant la morsure. Les loups, comme toute créature sauvage, fuyaient les humains et tout ce qui avait trait à eux.



Aidan Morgenstern savait qu'il était inutile de vouloir contrer cette réaction qui tenait du réflexe. Il ne fallait ni nier ni tenter d'amoindrir les craintes, les doutes, les peurs que les loups-garous ressentaient face à ceux qui avaient jusqu'alors été leurs semblables. Il était au contraire nécessaire de laisser ces craintes s'expurger, afin d'en libérer leur propriétaire.
Il était donc bon pour Alexander de les exprimer à voix haute. Et pas un instant Aidan ne fit un geste ou n'émit une parole pour l'arrêter ou le contredire. Tout au plus se permit-il d'abonder en son sens :

« Rencontrer les autres n'est jamais chose aisée, Alexander. Mais je t'assure que cela peut être une étape déterminante dans ton parcours. Tu constateras ainsi que tu es loin d'être seul...mais aussi que ta condition, loin d'être une malédiction, peut au contraire t'apporter beaucoup de choses. Des hommes et des femmes comme Mia, Alan ou encore Timerius... Eux te parleraient mieux de tout ceci...et pourraient même t'étonner ! »

Aidan n'avait clairement pas eu l'intention d'en dire autant d'un coup. Néanmoins, il acheva sa petite tirade d'un sourire.
Il souriait toujours en notant tranquillement qu'Alexander semblait s'apaiser. Mieux, lui-même souriait de temps à autre par-dessus sa tasse de thé. Plus que conscient qu'imiter le comportement de son vis-à-vis l'aidait à se mettre en confiance (que ce vis-à-vis soit humain, lycan ou sorcier), Aidan s'appliqua, lui aussi, à siroter son thé par intermittence. Le message, inconscient, était clair. Nous avons les mêmes rites, nous sommes de la même meute. C'était aussi simple que cela. Et Aidan ne ressentait aucune culpabilité à recourir à cette pseudo-ruse, puisque c'était pour la bonne cause : il l'utilisait avec les meilleures intentions du monde, non pas pour tromper manipuler, mais simplement pour aider les jeunes lycanthropes à se sentir à leur aise. Une fois plus confortables avec lui, Aidan, les lycans étaient aptes à suivre le reste du programme, étape par étape, en vue de se re-sociabiliser et de retrouver un semblant de vie normale.

Il ne manqua pourtant pas d'être étonné par les remerciements d'Alexander. Un sentiment chaleureux se diffusa dans sa poitrine. Dans des moments comme celui-là, sa certitude d'avoir trouvé sa propre voie se trouvait réaffirmée. Il ne faisait certes pas ce métier pour recevoir fleurs, remerciements et médailles, mais il se trouvait incontestablement réconforté d'avoir choisi la bonne direction pour sa vie.

« Et je te remercie à mon tour, d'avoir accepté mon aide. Pour moi aussi, cela représente beaucoup. »

Chez quelqu'un d'autre, de tels propos n'auraient pu paraître être rien d'autre qu'une pâle imitation de la politesse quand Aidan Morgenstern, lui, en pensait chaque mot.

Sans ajouter quoi que ce soit, l'homme se dirigea vers la porte qu'il ouvrit d'un geste lent.

« Après toi, Alexander. »

Il referma la porte derrière lui et commença lentement à arpenter les couloirs du siège de Lukos.

« Nous avons somme toute peu de résidents, à l'heure actuelle. Mais tous ont vécu une expérience similaire à la tienne. Similaire, pas semblable. Je sais que chacun d'entre vous à une histoire qui lui est propre. Mais vous ne pouvez que trouver des pierres communes sur les chemins que vous avez tous tracé. »

Cette manière d'user de métaphore révélait, pour qui le connaissait bien, une certaine nervosité chez Aidan. Il ressentait toujours une tension avant de présenter deux de ses protégés l'un à l'autre.

« Je te propose de rencontrer Mia, en premier lieu. Elle doit avoir à peine quelques années de plus que toi. Elle s'est fait ...attaquée lors de sa quinzième année. Le reste de son histoire lui appartient. Elle t'en parlera peut-être. »

en dépit de son jeune âge, Mia éprouvait une sorte de sentiment maternel à l'égard de ses congénères, qu'elle prenait invariablement sous son aile. Douce, malgré son caractère bien trempé, elle était une des louves-garous les plus paisibles qu'Aida connaisse. Elle semblait avoir pleinement accepté sa condition et en tirait même parti. Elle était l'interlocutrice idéale pour une première rencontre avec un autre lycan.

« Désires-tu que je reste ou préfères-tu que je vous laisse en tête-à-tête ? », demanda Aidan, en stoppant devant une petite sale qui paraissait tenir lieu de cafétéria. A l'intérieur, quelques individus seulement étaient assis. Seule à une table, Mia, une jeune femme à la longue chevelure blonde et ondulée, paraissait plongée dans ses pensées. Pourtant, elle releva immédiatement la tête à l'arrivée d'Alexander et d'Aidan. Son visage se fendit d'un large sourire de bienvenue.






HJ: je te laisse l'usage du PNJ de Mia, à ta guise.
Si tu as une question, n’hésite pas à me contacter par messagerie privée.



Aidan
Morgenstern

De retour dans le jeu après six longs mois d'absence. Merci de votre indulgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t395-aidan-morgenstern
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: [Lukos] Protéger & servir Lun 18 Juil - 11:59

Aidan. Merci.

Cet homme était arrivé tel un Messie sur ma route chaotique et tout ceci grâce à mon sauveur : Ezio. Mais je restais toujours en proie à des interrogations sordides et néfastes. Je ne savais pas comment réagir au vu de ma nouvelle condition, et me sentir enfermé ici ne me plaisait guère. Comme un Loup, j'étais devenu épris de Liberté.
Mais Aidan avait su tempérer mes sentiments belligérants et je m'étais retrouvé face à lui en pleine dégustation d'un scone et d'un thé, gage de sa bonne foi. Or, l'heure n'était plus à la dinette entre amis, il devait me faire visiter son complexe. Aussi étrange que cela puisse paraître, je commençais à me sentir à l'aise, à croire que le fondateur de Lukos avait un don pour cela.
Je crois que c'était mieux, car s'il avait à faire à d'autres personnes présentes dans le même cas que moi, il fallait être rassurant et avenant.

Être Humain, en somme.

Je suivis donc mon hôte, lui souriant quelquefois bien que perdu dans mes pensées. Qu'allais-je découvrir entre ces murs ? J'avais toujours peur que l'on me kidnappe et qu'on me fasse subir tout un tas d'expériences avant de me découper en morceaux et de jeter le restant de mon corps dans une pluie d'acide, tout ceci afin qu'il ne reste plus rien de ce que je fus. Avant.
C'était aussi peut-être dû aux films que ma grande sœur Gwenäe, ne se gênait pas pour me faire visionner. Elle avait que certains films étaient à bannir en ce qui me concernait, mais par une parade sans failles à grands coups de brimades et de battements de cils, j'acceptais. Résultat, je me retrouvais à visionner un film où un pauvre petit gars possédant des aptitudes non feintes se retrouvait à la merci de scientifiques totalement barrés, qui lui faisaient subir tout un tas d'expériences.
Aussi horribles soient-elles. Je fus sorti de mes pensées par un doux prénom lâché par Aidan. Il était court mais délicieux à l'oreille. C'était une jeune demoiselle que je devrais rencontrer.

J'étais partagé entre deux faits. D'un côté, il y avait cette peur et cette appréhension qui m'entravait les entrailles et de l'autre une envie de découverte. De connaître une autre personne qui aurait vécu quelque chose de similaire et qui aurait appris à vivre avec. Et comprendre que finalement, je n'étais pas seul. Bien qu'il m'était difficile de le croire. Je pensais toujours être le seul jeune homme dont le sort s'était acharné un soir d'Avril lors d'une réunion familiale qui n'avait que pour seul but de resserrer les liens.
En ce qui me concernait l'excursion avait tourné au cauchemar, j'avais été blessé et tous les soirs de pleine Lune, je devenais un Monstre.

Un Lycan.

Puis vint le moment de la confrontation. Mia qu'elle s'appelle. Une jeune femmz à la longue crinière couleur de blé me faisait face. A notre approche -surtout la mienne-, elle se mit à sourire, dévoilant une dentition immaculée et parfaite. Je déglutis et l'envie de prendre mes jambes à mon cou, était limite plus forte que tout. Mais j'avais engagé tout un processus suite à l'aide d'Aidan et il était hors de question de retourner en arrière.
Mais là aussi, j'étais scindé en deux. Rester avec Aidan, qui était une sorte de pilier, un mentor pour qu'il m'épaule face à cette nouvelle étape de ma vie. Ou bien qu'il me laisse seul, comme un louveteau qui devait grandir.

Seul.


- Seul. Je vais essayer seul. Je reviendrais vers vous de toute manière. Répondis-je avec un sourire qui était réellement sincère.

Je me retrouvais donc seul face à cette Mia que je surpris à observer de mon regard gris-bleu pendant ce qui me semblait une éternité. Ce fut elle, qui me tira de mon observation -sûrement indélicate- par une voix douce et claire. A son image.


- Si tu te le demandes, je suis comme toi Alexander.
- Pardon, c'est impoli de ma part. Excusez-moi Mia ... Dis-je en me frottant la nuque, signe ostentatoire de grand stress.
- Tu n'as pas à me vouvoyer. Je ne suis pas plus vieille que toi. Et tu n'as pas à être gêné en ma présence, ni avec celle des autres d'ailleurs. Me dit-elle avec un large sourire tandis que par un geste fluide, elle m'indiquait de prendre place à côté d'elle. Ce que je fis.
- Aidan, est un homme gentil.
- Oui. Il m'a épaulée durant toute ma transformation, et m'a faite rencontrer des personnes comme moi. Comme Nous. Il est et sera toujours là, quoiqu'il advienne.
- Qu'est-ce qui s'est passé ? Comment as-tu été mordue ? Comment le vis-tu ? Pardon, je suis peut-être bien trop intrusif et rude dans mes propos ...
- Non, ne t'en fais pas. Je suis là pour ça. Aidan m'a confessé ton incertitude et ta peur face à ce que tu es devenu. Et je te comprends, je suis passée par là moi aussi. Il y a eu plusieurs phases, et je pense que tu dois être en train de les traverser. Tu as du connaître la Colère, l'Incompréhension, et le Déni. Car tu te refuses à accepter ce que tu es devenu. Mais étrangement, il est bien là. Me dit-elle en plaquant la main sur son cœur. Il fait parti de toi. Vous êtes un tout. En ce qui concerne ma petite histoire, je me suis faite mordre le jour de ma quinzième année.

Mon histoire est similaire à la tienne apparemment. Mes amies m'avaient offert un séjour dans la nature avec elles. Nous étions quatre jeunes filles téméraires, bravant la nature. La Lune était pleine ce soir là, d'un rouge presque surréaliste mais elle était belle. Deux de mes amies s'étaient endormies, harassées par la journée que nous venions de passer. J'avais décidé d'explorer cette nature avec Chloé, mon amie. Un hurlement guttural avait retenti et déchiré la nuit. Chloé s'est blessée sous la surprise et la peur. Boitant jusqu'au campement, elle s'était appuyé sur moi, j'étais vite allée récupérer son appareil photo car dans la précipitation, elle l'avait laissé tombé. Mais la lentille était cassée, au moment où je m'en rendis compte. Il était là.
Immense. Et puis le trou noir. Comme toi je pense. Aidan était là à mon réveil, m'expliquant ce que j'étais devenue et m'aidant à l'accepter.


J'étais littéralement scotché à son récit. Si semblable au mien. Mais elle s'était tue sur le comment, elle avait été rapatriée. Et surtout si ses amies était au courant de sa nouvelle condition ?

- Merci.
- Ce n'est rien. Et je ne suis pas encore sûre d'avoir pu faire grand chose.
- Si tu m'as déjà apporté beaucoup.

Elle se mit à m'enserrer fortement. Une étreinte sincère et fraternelle, que je ne connaissais plus depuis longtemps déjà. Je me sentis moins seul.
J'avais trouvé une famille.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Lukos] Protéger & servir

Revenir en haut Aller en bas
[Lukos] Protéger & servir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Mission Jedi/(Sith opt.) : Protéger et Servir [En cours -> 6/12/16]
» Protéger et Servir, tel est notre destin...
» Jakob Lorfendor, Protéger & Servir! [Terminée]
» Le pois congo : source de protéines et de devises
» 2x07 : "Servir ou mourir"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Royaume-Uni :: Irlande-