L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre] Ven 17 Avr - 17:12

Eireen Gallagher ∞ Embry P. Selwyn
Une autre journée qui venait de se terminer sur une atmosphère nuageuse et triste à en mourir. Non qu’Embry passa une mauvaise journée bien au contraire. Ses cours étaient maintenant devenus une affaire du quotidien, une routine. Certains élèves le détestaient et … Évidemment, il devait faire avec cela. D’autres, toutefois, aimaient son enseignement. C’est pensant à son dernier cours – et la probabilité qu’aucun fasse leur devoir – qu’Embry Peter Selwyn se dirigeait vers la volière hâtif d’écrire à la personne le plus cher à son cœur : Aileen, sa femme.

Marchant d’un pas vif, excité comme toujours de lui raconter sa journée, Embry n’avait néanmoins pas oublié de couvrir ses épaules de sa cape. Il ne faisait pas encore très chaud en Écosse. Déjà, il ressentait les effluves d’un vent frisquet. Fortement dans ses pensées, il manqua presque de se faire chavirer par des élèves de première année courant dans les couloirs pour une raison étrange … C’étaient des enfants après tout.

Embry s’arrêta lançant quelques mots, mais … Zut ! Les élèves ne semblaient pas avoir compris ou faisaient la sourde oreille. Notre homme n’avait pas envie de crier, de se faire entendre. Il baissa la tête et passa son chemin. « Ils se feront bien prendre par un préfet » songea-il tout en continuant sa marche jusqu’à la volière. Pendant moult secondes, il pensa être un timide incapable de reprendre des élèves … Certes, bien vite, son occupation première prit le dessus : Aileen.

- Elle voudra sûrement entendre mon idée quant à des équipes pour travailler la théorie.

Murmura-il pour lui-même alors qu’un autre élève, passant tout proche, se demandait s’il n’était pas fou à se parler seul. Un vif regard, pas réellement méchant juste agacé, fit tourner la tête de l’adolescent. À Poudlard, les professeurs avaient tout de même une certaine notoriété et étaient voués au respect des élèves. Ah ! Il arriva à la volière. Enfin !

Un hibou faillit lui voler en plein visage et notre homme, le cœur battant, se demanda comment les oiseaux faisaient pour ne jamais heurter qui que ce soit au sol. C’est vrai. Il n’avait jamais vu cela arriver une fois dans sa vie. Ses oreilles bourdonnèrent rapidement de tous les pépiements retentissants de partout. Embry sourie à la vue de certains hiboux qui  faisaient leur toilette le bec dans les plumes. Ils étaient mignons. Aussitôt, l’un d’entre eux se rua vers le centre venant à sa rencontre.

- Wow ! Hubert, attention …

Prenant peur au premier abord, comme à chaque fois que son hibou préféré de la volière lui fonçait dessus de manière affectueuse, Embry se laissa ensuite renifler et picorer la main. C’était une sensation piquante, mais … Aujourd’hui, il savait que le hibou petit-duc ne lui ferait pas de mal. Il était habitué à la présence du sorcier toujours utilisé pour ses lettres. C’était à croire qu’Hubert était à Embry. Mais non, c’était un hibou de Poudlard.

- Je vais écrire une lettre à Aileen …

Dit-il toujours câlinant l’animal sous les plumes enlevant subitement la main apeuré qu’il morde … Mais non. Embry cesse donc d’avoir peur des petites bêtes. Idiot. C’était jusqu’au moment où il se rendit compte ne pas avoir de parchemin ni de plume et … D’avoir tout oublié dans son bureau.

- Eh par la barbe de merlin, je suis idiot. Je reviens Hubert...

Termina-il sur un ton plus doux s’apprêtant à sortir alors que … Qu’une personne entrait et Embry lui fonça carrément dedans. POUF !
code by Silver Lungs


Dernière édition par Embry P. Selwyn le Jeu 30 Avr - 15:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 52
Âge du Personnage : 15ans
Lieu de vie : Non loin de lui

MessageSujet: Re: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre] Ven 17 Avr - 19:43



Quelques nouvelles









Eireen était arrivée il y a plus d'une semaine à Poudlard. Elle c'était installée, pris ses marques. Les cours démarraient doucement. Elle avait choisit ses cours optionnels avec soin. Elle ne voulait pas  devoir les arrêter en cours d'année. Elle avait aussi repris ses balades dans les couloirs du château. Eireen aimait parler avec les personnages des divers tableaux accrochés au mur. Ils avaient toujours une foule d'histoire à raconter sur le passé. Elle y restait parfois tard le soir, au point d'en oublier l'heure du coucher.

Déjà une semaine qu'elle était là. Pourtant elle n'avait envoyé aucun hibou à sa grand mère. Ce qu'elle ne manquait jamais de faire pour la rassurer. Lui racontant ce qui se passait ici et dans sa vie. Enfin ce n'était pas que ça l'objet de ses courriers. Elle voulait savoir si Emeline avait enfin réussit. Si elle pouvait la rassurer sur son sort. Elle savait d'avance la réponse de sa grand mère .

- Ne pose aucune question, je te préviendrais dès que j'aurais la solution. Si le hibou est intercepté cela serait un danger pour toi. Alors ne me demande plus rien, je fais comme je peux.

Eireen savait qu'elle avait raison. Pourtant la boule qu'elle avait au ventre la poussait à toujours à demander. Oui elle comprenait les précautions prises par Emeline. Même si ça la privait de sa lande. Interdiction de revenir. De venir la voir tant que ... Elle ne voulait que son bien. Mais cela ne lui retirait pas cette douleur qu'elle ressentait à chaque fois qu'elle pensait à lui . Elle la sentit encore plus vive.

* Faut que j'arrête, je dois respirer et penser à autre chose avant de devenir complètement folle.

Elle se mit à son bureau, prit un parchemin. Eireen commençait à lui raconter son arrivée ici. Elle lui parlait des cours qu'elle avait pris, de ce qu'elle aimait ou détestait. Puis elle reposait sa plume, relisait son message. Il lui paraissait bien. Elle voulu la reprendre pour rajouter encore un mot. Puis elle se ravissait. Elle entendait déjà sa grand mère lui faire des reproches.

Elle roulait le parchemin, y mettant un ruban autour. Elle se levait pris sa cape, s'en revêtit. Toujours dans ses pensées elle traversait le couloir. Eireene ne c'était pas  aperçut qu'elle était déjà arrivée à la porte du château. Elle resserrait le col de sa cape, il y avait un vent frais dehors. Elle regardait les autres élèves s'amuser dehors. Elle passait à côté d'eux, toujours absorbée par ses songes. Traversant le parc d'un pas rapide.

Eireen arrivait au bas de l'escalier de la volière. Avec empressement, elle y montait, manquant de renverser une personne. Ce qui la sorti de ses pensées, levant les yeux, elle vit qui était l'homme.

- Désolée professeur je ne vous avais pas vu . J'espère ne pas vous avoir fais mal ?

Elle restait là debout, l'air gênée de ce qui venait se passer.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t507-eireen-gallagher-en-cours http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t481-eireen-gallagher
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre] Dim 19 Avr - 4:39

Eireen Gallagher ∞ Embry P. Selwyn
Pour tout dire, il ne fit peut-être pas attention, mais c’était probablement sa victime qui eut le plus mal. Une jeune fille, une élève évidemment, qui ne faisait évidemment pas sa taille. Être grand et élancé tel Embry Selwyn – comme une véritable asperge et ce n’était pas un compliment – on ne faisait pas mieux. Il appuya, simplement, dans un réflexe ses mains contre la pierre du cadre de porte se retenant de tomber. Tout ce fut passer si vite. Il eut à peine le temps de voir arriver une touffe de cheveux rouges … Rouge ? Comme un idiot, il faillit s’enfarger dans leurs deux pieds. Oui, on vous disait qu’il avait certainement moins eut mal que la jeune fille de par sa taille. On ne vous avait, toutefois, pas dit qu’il avait été le plus stupide des deux. Merci à son corps qui sauva probablement nos deux protagonistes ici présents.

- Heu … Je …

Elle avait répliqué tellement rapidement s’excusant de sa maladresse, il ne put pas suivre aussi vite. Il tenta … Mais rien, car son esprit était au ralentit se remettant tout doucement de la rencontre plutôt « fracassante ». Oui, disons-le sincèrement. Au fait, c’était la maladresse de qui ici ? Embry ne serait jamais capable de gronder une élève pour lui avoir rentré dedans sachant parfaitement qu’il ne regardait pas devant lui.

- Je veux dire, je suis aussi désolé mademoiselle euh …

Laissa-il entendre observant la jeune fille sous toutes les coutures après s’être finalement poussé sur le côté pour ne plus bloquer l’entrée à la volière. Non mais, Embry n’allait certainement pas rester planté là toute la journée ! La jeune fille allait appeler le concierge ou mieux l’infirmière pensant qu’il était fort ralentit. Ralentit ? Peut-être, car se mâchouillant la lèvre et baissant les yeux trouvant subitement très beau cette pierre recouverte par-ci, par-là de paille sèche, mais aussi de crottin d’oiseau. Des cheveux rouges … Il l’avait dans l’une de ses classes. Quelle année ? 5e année peut-être 6e. Oh !!! Il sera son poing gauche se détestant d’être aussi distrait et incapable. Non mais ! Un professeur se devait de retenir les noms de ses élèves. Évidemment, si un élève était très discret, c’était plus dur … Embry n’en prenait pas compte actuellement toutefois. Il se trouvait trop stupide.

- Je suis désolé, je ne vous replace pas mademoiselle. 5e année, c’est cela ?

Posa-il finalement la question le bras pointé vers elle tel un être en contrôle de toute situation – au moins jouait-il bien la comédie. – Au fait, il faisait quoi ici encore ? Ah oui, il devait aller chercher son encre, sa plume et un parchemin … Dans son bureau. Sur ce, aussi subitement que possible il eut une idée – oui, cela lui arrivait de temps en temps. – Embry laissa son regard d’Eireen pour prendre sa baguette magique dans la main gauche. On n’entendit rien. On ne vit rien arriver pour le moment tout du moins. On ne vit juste qu’un mouvement souple, élégant, mais si raffiné de son bras tenant la baguette magique dans la direction du château. « Quel troll je fais » songea-il alors. Il aurait effectivement pu appeler ses effets matériels à lui et la jeune fille aurait évité de s’écraser contre lui. Mais quel idiot.

code by Silver Lungs


Dernière édition par Embry P. Selwyn le Jeu 30 Avr - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 52
Âge du Personnage : 15ans
Lieu de vie : Non loin de lui

MessageSujet: Re: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre] Lun 20 Avr - 22:39



Quelques nouvelles









Le personne qu'avait bousculée Eireen semblait aussi gênée qu'elle. Elle se rendait compte qu'il n'était d'autre qu'un professeur. Il lui semblait que c'était celui  des sortilèges. Il s'effaçait pour la laisser passer. Elle le remerciait d'un sourire timide. Elle n'osait pas le regarder, tant elle se sentait stupide de l'avoir heurté. Elle se dirigeait vers sa chouette, tendant une main pour que celle-ci puisse se poser dessus. Elle lui caressait le dos de la tête. Puis lui donnait quelque graines qu'elle avait dans sa poche. L'oiseau aimant bien qu'elle lui en donne. Elle lui pinçait le doigt dans son empressement à vouloir manger. Eireen fit une grimace, il y avait juste une goutte de sang sur le doigt. Elle le portait à sa bouche.

Elle essayait de se faire le plus discrète possible, mais le professeur était toujours présent. Elle l'entendit lui demander si elle était bien en 5ème année. Cela la fit sourire, serait il aussi distrait qu'elle ? Elle se retournait puis lui dit  :

- Je suis bien en 5ème année professeur Selwyn. Je m'appelle Eireen Gallagher, je suis souvent assise non loin de la fenêtre dans votre classe.

Elle  essayait de ne pas le dévisager, sachant que cela était des plus inconvenant. Elle ne savait pas quoi rajouter d'autre.

* Je ne vais pas lui dire que son cours et l'un que j'aime le mieux. Cela risque de sonner faux même si cela est vrai.

Elle préférait se taire, se  concentrant sur Mara, sa chouette. Elle sortait de sa poche le rouleau de parchemin. Avec un ruban elle le nouait à sa patte. Non sans lui dire une ou deux choses avant de la laisser partir

- Remets ce message à Emeline, qu'à elle. Et si tu vois qu'elle n'est pas seule attends.  Evite la forêt, elle n'est pas sûre. Et reviens moi vite avec une réponse. Fais attention à toi Mara.

Elle amenait l'oiseau à la porte, tout en excusant auprès du professeur pour pouvoir sortir. Et la laissait partir. Elle revenait dans la volière s'apercevant qu'elle avait perdu quelque chose.

* Je n'aurais pas dût l'avoir avec moi, si je le perds comment vais je faire ..

Elle s'en voulait d'avoir été si bête, Eireen en avait presque les larmes aux yeux. Elle tentait de ne pas pleurer, n'étant pas seule dans la volière. Faisant tout pour qu'il ne voit rien  ...    






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t507-eireen-gallagher-en-cours http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t481-eireen-gallagher
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre] Jeu 30 Avr - 15:34

Eireen Gallagher ∞ Embry P. Selwyn
Eireen Gallagher … Eireen … Ah oui ! Il était né troll pour sûr. La jeune fille, toujours assise près de la fenêtre, distraite à souhait durant ses cours. Cela s’était passé une fois … Une seule fois alors qu’il avait voulu la rappeler à l’ordre. Il voyait que la jeune fille ne semblait alors vraiment pas attentive à son enseignement. Donc, en bon professeur, il fit ce qui devait. Certes, cela ne se passa pas comme prévu et … Tous les autres élèves se mirent à rire sous cape. « Merci chers élèves de votre soutien » songeait-il encore. Bon, il ne pouvait pas oublier cette jeune fille à la coloration de cheveux rouge quand même.

Embry observait la chouette et sa propriétaire dans un moment des plus intimes. C’était mignon pour tout dire. Oups ! Une petite morsure. Une main vers l’avant, mais il hésita comme l’habitude le laissait entendre et … De toute manière, il n’y eut aucun mal de fait. Hubert se mit même à hululer et s’approcha de la chouette nommée Mara. Il devait y avoir tout une atmosphère de camaraderie dans la volière de Poudlard et Hubert n’échappait pas à l’amitié avec les hiboux et chouettes propriétaires d’élèves.

Justement, en parlant de hiboux, où se trouvaient ses choses pour pouvoir écrire un message à sa jolie femme et l’envoyer par Hubert ? Il observait les alentours pour capter d’un coup de baguette – Embry avait une parfaite maîtrise avec une baguette magique – dès que les objets viendraient à lui. Il laissa passer, entretemps, Eireen et Mara et … Et … Il n’aurait certainement pas dû jeter un regard sur la jeune fille par la suite. Il allait lui demandait si cela allait lorsque …

POUF,  PIF, BLOUP !

Notre idiot venait de recevoir le parchemin qui allait s’échouer au sol puis, la plume suivait le rythme et enfin le pot d’encre qui alla s’étaler aussi au sol malgré les gestes frénétiques en réflexe de la situation d’Embry pour le rattraper. Oui, sa cape et sa chemise – un peu – étaient maintenant tâchées d’encre noire. Pendant quelques secondes, notre homme reprenait ses sens se remettant du choc et du stress que cela fit de recevoir des effets de bureaux en pleine figure. Horrifié, il avait la bouche à moitié ouverte observant ses effets matériels au sol dont la bouteille d’encre cassée.

- Argh ! Par Merlin, pourquoi cela n’arrive qu’à moi ?

Explosa-il subitement ayant alors, évidemment, oublié qu’il n’était pas seul. Embry s’abaissa jusqu’au sol n’observant aucunement ses alentours trop en colère contre lui-même pour finalement s’y accroupir. Laissant passer un grognement de frustration, il sortit le parchemin dont l’encre l’avait un peu souillé en tombant. Embry aurait pu effacer tout cela a avec un peu de magie, mais la colère étant ce qu’elle est il n’y pensa pas. Alors, Hubert – son amie partie – descendit de son perchoir et ramassa un bout de verre dans on bec pour le donner à notre homme. Le hibou moyen-duc l’aidait. Oh … Ceci réussit à faire sourire notre homme qui prit doucement le morceau de verre brisé dans sa main.

- Merci Hubert. Je devrais le dresser cet hibou. Il est si intelligent … Au fait, vous ça va ?

Remontait-il finalement la tête vers la jeune fille après avoir parlé tout haut, tout seul, comme un idiot. Il parlait peut-être à elle ou à lui-même … À qui voulait l’entendre voir même au hibou qui hululait joyeusement maintenant qu’on lui avait fait un compliment. Certes, le sourire d’Embry s’était tari, redevenu sérieux, observant son élève. Elle allait bien ?


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 52
Âge du Personnage : 15ans
Lieu de vie : Non loin de lui

MessageSujet: Re: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre] Dim 10 Mai - 22:30



Quelques nouvelles









 Eireen cherchait toujours ce qu'elle avait perdu. Elle commençait à avoir peur de ne pas le trouver. Elle ne prêtait pas grande attention au professeur encore présent. Elle l'entendit jurer, tournant son regard elle vit à ses pied son nécessaire à écrire et parchemin à ses pieds. La bouteille d'encre renversée, allait sûrement abîmer le parchemin. Le professeur tentait de tout ramasser. Elle lançait alors un sort vers la bouteille, celle-ci était à nouveau entière. Et puis un autre sort,  le peu d'encre renversé n'était plus . Elle l'avait fait sans réfléchir vraiment comme un automatisme. Il lui arrivait souvent de renverser ou tâcher ses affaire. Eireen venait de montrer au professeur de sortilèges, qu'elle écoutait ses cours. Et que son air souvent absent, ne l'empêchait pas d'entendre.

Eireen vit le hibou du professeur l'aider et celui-ci sourire. Il était rare qu'un tel lien se fasse entre les animaux et leur maître; Bien que pour elle, elle n'était en rien la maîtresse de Mara. Elle pouvait partir quant elle le voulait et sans revenir. Le professeur s'adressait alors à elle :


]- Merci Hubert. Je devrais le dresser cet hibou. Il est si intelligent … Au fait, vous ça va ?

Elle ne savait que lui répondre car pour elle la perte de ce médaillon était important. Elle c'était remise à sa recherche. Fouillant l'endroit, mais elle ne voulait pas qu'il le remarque. Elle aurait bien fait un sort d'attraction mais le médaillon ne répondrait sûrement pas. Une précaution prise par sa grand mère, pour éviter qu'on le lui vole. Elle se relevait alors lentement et lui répondait :

- Je vais très bien Professeur, j'ai juste égaré quelque chose.

Elle ne lui dit pas quoi, non pas qu'elle ne lui fasse pas confiance mais par prudence elle se taisait. Elle reprenait sa recherche. Dans un coin là où se trouvait les hiboux elle vit briller quelque chose. Elle se baissait et enfin le trouvait. La chaîne avait du se défaire, il lui faudrait sûrement  la renforcer pour éviter que cela ne se reproduise.
Elle restait là ne sachant que faire, partir ou continuer à lui parler.
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t507-eireen-gallagher-en-cours http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t481-eireen-gallagher
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre] Ven 15 Mai - 4:21

Eireen Gallagher ∞ Embry P. Selwyn
Puis, comme par magie, - non sans blague – ses effets matériels redevinrent comme neuf. Les morceaux de verre semblèrent alors tourbillonner un moment dans les airs telle une douce petite tornade pour se recoller finalement ensemble. C’était mignon, car il semblait qu’un tout petit morceau cherchait alors sa place parmi les autres. L’encre … L’encre disparue que ce soit du sol ou de sa chemise pour revenir dans le pot comme attiré par un aimant. Hubert hululait joyeusement comme s’il venait de comprendre qu’un événement extraordinaire venait de se produire. Les hiboux pépiaient, jetaient des coups d’œil – des coups de tête dans leur cas – à ces joyeuses notes.

- Heu … Co ... Comment … ?

Bégaya Embry surpris de voir cette magie agir sans qu’il n’ait absolument rien touché. Puis, il tourna le regard sur Eireen. Oh. Il sourit un peu. Il pouffa de rire. Bon, il était un si mauvais professeur de ne pas être capable de penser à la magie avant ses élèves. Un peu jaloux … Non, pas du tout. Il pourrait peut-être voir le côté positif des choses celui-là. Elle écoutait durant ses cours au moins. Il était capable de faire passer sa matière correctement aussi. Mais Embry étant ce qu’il est, cela ne lui vint pas de suite à l’esprit.

Il ramassa donc ses choses pour suivre, en même temps, du regard la jeune Eireen. Elle avait égaré quelque chose. Bon, ce ne serait pas nouveau pour lui cela : parfaitement organisé comme il l’était … Ou pas. Tiens, il pourrait écrire dans sa lettre avoir trouvé une élève qui perdait aussi ses trucs. Mais Eireen semblait vraiment triste, effrayée même d’avoir perdue cette « chose ». Cela devait être très important.

- Je peux vous aider si vous désirez.

Dit-il sans réfléchir tel sa profession l’indiquait face aux élèves. Il prit alors d’une main son parchemin et sa plume, de l’autre l’encre pour se rendre compte qu’Eireen avait retrouvé sa « chose ». Il s’avança dans la volière déposant le pot d’encre sur le rebord d’une fenêtre. Pendant un moment, il resta muet un peu mal à l’aise par le mutisme de son élève. Cela devait être très important comme « chose ». Heureusement, elle l’a retrouvé.

- Votre objet n’était pas bien loin finalement. Je perds tellement mes choses que je finis par comprendre où je les perds. C’est facile alors pour les retrouver après.

Lança-il gaiement à tout hasard seulement pour meubler l’atmosphère ambiante devenue subitement lourde. Les pépiements des rapaces se perdaient dans l’immensité de cette … Comme une tristesse qui accapara aussi un peu Embry. Oui, notre homme était un peu trop sensible. On se demande s’il n’aurait pas un don d’empathie celui-là. Il se mordit les lèvres et baissa le regard. Bon. Que faire, que dire ? Il ne pouvait quand même pas la laisser là.

- Plus peur que de mal eh. Qu’est-ce que c’est ? On dirait un bijou ?

Maladroit comme à son habitude, Embry se mit à dire n’importe quoi. Oui, c’était toujours comme cela avec sa timidité et lorsqu’il était mal à l’aise. Le « bijou » lui rappelait justement le médaillon Selwyn, médaillon qu’il n’avait jamais pu entrevoir étant un traître à son sang.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 52
Âge du Personnage : 15ans
Lieu de vie : Non loin de lui

MessageSujet: Re: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre] Dim 2 Aoû - 12:17



 Le Grand Illusioniste









Eireen tenait fortement le pendentif dans sa main ne voulant pasle prendre à nouveau. Elle n'eut pas le temps de le glisser dans sa poche que déjà le professeur lui demandait ce que c'était. Elle ne savait pas quoi lui répondre. Pouvait-elle lui avouer qu'il était comme une protection ? pouvait-elle lui dire que sa grand mère lui avait interdit de s'en séparer ? Elle devrait alors lui raconter certaines choses. Et cela elle ne le voulait pas. Mais il fallait bien lui répondre. Elle prit une inspiration plus longue et lui dit :

- C'est effectivement un bijou, ancien qui a appartenu à ma grand-mère. C'est tout ce que j'ai d'elle et elle m'est très proche. C'est pourquoi j'avais peur de l'avoir perdu j'y tiens beaucoup.

Elle n'aimait pas mentir, bien que là elle ne mentait pas vraiment. Elle y tenait et cela venait de sa grand mère. En plus il était professeur c'était malvenu de lui raconter des histoires. Mais il comprendrait surement qu'elle n'ai pas envie de s'étendre sur le sujet. Elle lui fit un sourire espérant que son explication lui suffirait . Elle rebondit sur ce qu'il venait de lui dire sur lui :

- Cela m'arrive aussi de perdre des affaires, je suis parfois étourdie. C'est ce qui y a de bien dans la  sorcellerie nous pouvons avec une formule retrouver sans peine nos objets perdus. Bien que j'évite de me servir de ces formules. Les choses semblent aimer se cacher à notre vue .. comme si elles aimaient se jouer de nous.

Eireen ne savait pas quoi dire d'autre, elle restait là devant le professeur. Elle n'allait pas rester ainsi des lustres. Il faudrait qu'à un moment ou un autre elle parte. Mais comment faire sans paraître mal élevée. Elle glissait sa main dans sa poche tenant toujours son bijou fermement. Elle  eut enfin une excuse pour partir rapidement.

- Excusez moi professeur mais j'aimerais mettre en sécurité mon bijou sans tarder. La chaîne qui le retient est un peu abîmée et je ne voudrais pas le perdre à nouveau. Je vous souhaite une belle journée et vous laisse. J'ai été ravie de pouvoir vous parler autrement qu'en fin de cours. Bonne journée Professeur.

Eireen espérait ne pas avoir été incorrecte. Elle s'avançait vers la porte afin de pouvoir s'éclipser.  Elle avait surtout peur qu'il ne se propose de l'aider à le réparer. L'objet avait un été conçu et protégé par un sort. Que pourrait elle alors lui dire pour le lui expliquer ? Pourquoi porterait elle un tel objet sur elle et pourquoi ? Non il ne fallait surtout pas qu'il puisse le voir de plus près et qu'il y touche. Eireen serrait de plus bel l'objet dans sa main. A s'en faire mal presque, mais la douleur ne la gênait pas. Bien au contraire elle lui permettait de ne plus penser à celle qui serrait son cœur constamment. Elle lui fit un autre sourire, esquissant un pas vers la sortie. Elle voulait à tout prix partir le plus rapidement  possible. Qu'allait il penser d'elle ?   


HJ : Si tu souhaite que le sujet se clos tu peux faire partir mon personnage. Désolée pour le retard Smile







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t507-eireen-gallagher-en-cours http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t481-eireen-gallagher

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre]

Revenir en haut Aller en bas
Écrire n'a jamais été facile vous savez [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Vos amis se lasseront de parler de vous ; vos ennemis, jamais ! [PV Ashlynn]
» SACHA ∞ ❝Vivre dans l'ombre d'un nom n'a jamais été facile ❞
» Il y a des blessures qui ne guérissent jamais, quand elles ne vous dévorent pas tout entier.
» Bard>Il y a des blessures qui ne guérissent jamais, quand elles ne vous dévorent pas tout entier.
» Survie sur l'île déserte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Académies de magie :: Collège Poudlard :: A l'intérieur du château-