L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

L'histoire éternelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Dim 15 Mar - 11:42

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 55
Âge du Personnage : 20 ans
Lieu de vie : Poudlard

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Dim 15 Mar - 19:33

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignone de la création...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 321
Âge du Personnage : 49 ans
Lieu de vie : Poudlard

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Jeu 19 Mar - 20:35

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignone de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que...

Spoiler:
 



Nul n'est censé ignorer ma loi.
Gardens' Order of Laws, Ethic and Mastery
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t195-james-gardens-le-seul-et-l-unique-u-c http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t122-james-gardens-concierge
avatar



Messages : 56
Lieu de vie : là où vous ne l'attendez pas

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Dim 22 Mar - 13:31

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint...

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Jeu 26 Mar - 14:59

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint vert. Puis bleu. puis violet. C'était ainsi, par ce lent dégradé épidermique que ces pouvoirs affluaient. La dernière étape consistait...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 554
Âge du Personnage : 31 ans
Lieu de vie : Somewhere on earth

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Mar 31 Mar - 20:29

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint vert. Puis bleu. Puis violet. C'était ainsi, par ce lent dégradé épidermique que ces pouvoirs affluaient. La dernière étape consistait en une touffe de poils qui lui poussait sur le crâne. Pas un banal petit duvet, hein, mais..

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t305-domhnall-monaghan http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t275-domhnall-monaghan
avatar



Messages : 56
Âge du Personnage : 36 ans
Lieu de vie : Kilmartin - Ecosse

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Mer 1 Avr - 17:40

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint vert. Puis bleu. Puis violet. C'était ainsi, par ce lent dégradé épidermique que ces pouvoirs affluaient. La dernière étape consistait en une touffe de poils qui lui poussait sur le crâne. Pas un banal petit duvet, hein, mais une belle crête iroquoise. Et de chaque pique chevelu se mit à sortir...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 514
Âge du Personnage : 46 ans
Lieu de vie : Cardiff

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Dim 5 Avr - 11:35

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint vert. Puis bleu. Puis violet. C'était ainsi, par ce lent dégradé épidermique que ces pouvoirs affluaient. La dernière étape consistait en une touffe de poils qui lui poussait sur le crâne. Pas un banal petit duvet, hein, mais une belle crête iroquoise. Et de chaque pique chevelu se mit à sortir une pluie d'étincelles. Il y en avait de toutes les couleurs, mais surtout, ces étincelles avaient la propriété de...

Spoiler:
 


« L'enseignement : apprendre à savoir, à savoir faire, à faire savoir. L'éducation : apprendre à savoir être. » ○ Louis Pauwels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t330-informations-pratiques http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t239-maureen-kinkaid-u-c http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t183-maureen-kinkaid-directrice-de-l-universite-albus-dumbledore
avatar



Messages : 55
Âge du Personnage : 20 ans
Lieu de vie : Poudlard

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Jeu 9 Avr - 14:41

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint vert. Puis bleu. Puis violet. C'était ainsi, par ce lent dégradé épidermique que ces pouvoirs affluaient. La dernière étape consistait en une touffe de poils qui lui poussait sur le crâne. Pas un banal petit duvet, hein, mais une belle crête iroquoise. Et de chaque pique chevelu se mit à sortir une pluie d'étincelles. Il y en avait de toutes les couleurs, mais surtout, ces étincelles avaient la propriété de rendre muet quiconque les recevait.

Or devinez la première que Morann...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Sam 11 Avr - 14:55

// Mirabelle, je suis pas sûr d'avoir saisi le sens de ta dernière phrase. Alors j'ai improvisé.

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint vert. Puis bleu. Puis violet. C'était ainsi, par ce lent dégradé épidermique que ces pouvoirs affluaient. La dernière étape consistait en une touffe de poils qui lui poussait sur le crâne. Pas un banal petit duvet, hein, mais une belle crête iroquoise. Et de chaque pique chevelu se mit à sortir une pluie d'étincelles. Il y en avait de toutes les couleurs, mais surtout, ces étincelles avaient la propriété de rendre muet quiconque les recevait.

Or devinez la première que Morann reçut... Quel effet l'équivalent d'un sortilège de mutisme sur elle ? En plein dans le mille : elle...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 1397
Âge du Personnage : 26 ans
Lieu de vie : Scotland
Emploi : Éleveur de Salamandres

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Dim 19 Avr - 11:42

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint vert. Puis bleu. Puis violet. C'était ainsi, par ce lent dégradé épidermique que ces pouvoirs affluaient. La dernière étape consistait en une touffe de poils qui lui poussait sur le crâne. Pas un banal petit duvet, hein, mais une belle crête iroquoise. Et de chaque pique chevelu se mit à sortir une pluie d'étincelles. Il y en avait de toutes les couleurs, mais surtout, ces étincelles avaient la propriété de rendre muet quiconque les recevait.

Or devinez la première que Morann reçut... Quel effet l'équivalent d'un sortilège de mutisme sur elle ? En plein dans le mille : elle ouvrit des yeux immenses en prenant conscience de son incapacité à produire le moindre son. Mais elle n'avait pas dit son dernier mot (c'est le cas de le dire), en effet, ....

Spoiler:
 


•• forever young ••
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t452-de-la-naissance-des-veracrasses http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t133-joachim-mcewan-eleveur-de-salamandres
avatar



Messages : 321
Âge du Personnage : 49 ans
Lieu de vie : Poudlard

MessageSujet: Re: L'histoire éternelle Mar 21 Avr - 17:36

Il était une fois, au pays du printemps éternel, une jeune fille prénommée Morann. Ses cheveux avaient la couleur de la nuit la plus noire et ses yeux le vert des jeunes pousses. Si elle était dotée d'une beauté racée, elle possédait un caractère épouvantable : vaniteuse comme c'est pas permis, manipulatrice et cruelle. Au village, si le peuple était tout sourire par devant, les médisances allaient bon train.
Cette histoire n'aurait pas valu la peine qu'on la raconte, si un jour, elle fit une rencontre qui allait changer sa vie. Ce matin-là, alors que le coq n'avait point fait entendre le son de sa voix, un nain difforme apparut brutalement au pied de son lit. Le petit craquement qui accompagnait son apparition suffit à la réveiller et... du doux ronflement, ses cordes vocales passèrent à un hurlement strident. Il faut dire qu'on avait rarement faire plus difforme que ce nain. La créature, susceptible, cria encore plus fort pour la faire taire. De surprise, Morann, s'arrêta et se boucha les oreilles non sans penser à la mine affreuse qu'elle devait alors avoir. Elle se mit à prier que nul ne la vit ainsi et que le monstre qui lui faisait face disparaisse. Mais le "monstre" était legilimens : les images qui traversaient le crâne de notre chère Morann s'affichaient droit dans ses mirettes. Et ce qu'il vit ne lui plut pas des masses. Il prit même ce simple jugement sur son apparence physique comme un affront personnel.

Ce que Morann ignorait était l'étendue de sa susceptibilité : il s'arrêta donc de respirer et devint tout rouge, ou plutôt tout rose, rose comme un marignoufle. Or, comme un marignoufle est la créature la plus mignonne de la création, Morann ne put s'empêcher de pousser un soupir ravi. Or, tout le monde le sait, les nains n'aiment rien moins que les soupirs ravis ou les déclarations enamourées. Ce sont comme des insultes à leur nature, ou, pis, des moqueries. Le nain recommença donc à respirer, mais de rouge, il devint vert. Puis bleu. Puis violet. C'était ainsi, par ce lent dégradé épidermique que ces pouvoirs affluaient. La dernière étape consistait en une touffe de poils qui lui poussait sur le crâne. Pas un banal petit duvet, hein, mais une belle crête iroquoise. Et de chaque pique chevelu se mit à sortir une pluie d'étincelles. Il y en avait de toutes les couleurs, mais surtout, ces étincelles avaient la propriété de rendre muet quiconque les recevait.

Or devinez la première que Morann reçut... Quel effet l'équivalent d'un sortilège de mutisme sur elle ? En plein dans le mille : elle ouvrit des yeux immenses en prenant conscience de son incapacité à produire le moindre son. Mais elle n'avait pas dit son dernier mot (c'est le cas de le dire), en effet, elle avait plus d'un tour dans son sac. Comprenant que l'infâme créature qui était devant elle était à l'origine de ses maux..

Spoiler:
 



Nul n'est censé ignorer ma loi.
Gardens' Order of Laws, Ethic and Mastery
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t195-james-gardens-le-seul-et-l-unique-u-c http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t122-james-gardens-concierge

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'histoire éternelle

Revenir en haut Aller en bas
L'histoire éternelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Histoire éternelle ! [ZIP]
» Adam et son histoire éternelle... ♠ 100%
» L'histoire éternelle, touche de son aile, la Belle et la Bête (Merssen ♥)
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Hors-Jeu :: Flood-