L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Eachdraidh dragon : Histoire de dragon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Sexy Menestrel

Messages : 924
Âge du Personnage : 33 ans
Lieu de vie : Un peu partout... (Je te jure, j'ai pas mieux)

MessageSujet: Eachdraidh dragon : Histoire de dragon. Jeu 23 Juin - 22:34

 « O for a voice like thunder, and a tongue
To drown the throat of war! - When the senses
Are shaken, and the soul is driven to madness,
Who can stand?
When the souls of the oppressed
Fight in the troubled air that rages, who can stand?
When the whirlwind of fury comes from the
Throne of God, when the frowns of his countenance
Drive the nations together,
who can stand?
When Sin claps his broad wings over the battle,
And sails rejoicing in the flood of Death;
When souls are torn to everlasting fire,
And fiends of Hell rejoice upon the slain,
O who can stand?
O who hath caused this?
O who can answer at the throne of God?
The Kings and Nobles of the Land have done it!
Hear it not, Heaven, thy Ministers have done it! »*


Malgré la préparation consciencieuse de la piste – et les sortilèges qui avaient dû être nécessaires pour la rendre praticable- il sentait ses jambes s'enfoncer jusqu'à mi-cuisses. A travers le tissu de son pantalon pourtant adapté à la neige, il percevait la fraîcheur de la poudre blanche qui recouvrait les paysages environnants. Tous les déplacements étaient ralentis, les bruits étouffés, conférant aux lieux un aspect plus magique encore que ce qu'ils étaient réellement.
Tout à son aise en plein désert blanc, il contemplait les hauts sommets environnants recouverts de leurs manteaux de neige qui plongeaient dans les eaux glacés des fjords des Vesterålen. Le paysage était à couper le souffle et la magie palpable. Le cœur gonflé de bonheur, il se délectait de cette magie là, celle produite par la nature et ses merveilles.
Son soupir exhala une fine vapeur due au froid environnant. Il en observa les volutes qui s'élevèrent devant son visage en souriant pour lui-même. La température – dont il tenait tout particulièrement à ignorer l'exactitude – était plus que vivifiante. Elle piquait les joues, glaçait les mains, vous embrassait le corps et vous prenait à la gorge. Si bien qu'au refuge, on leur avait fortement conseillé de garder une écharpe autour de la bouche pour protéger leurs poumons. Ou de s'offrir le luxe d'un sortilège de protection au froid qu'il avait refusé sous le rire moqueur de Silje. Une écharpe ferait l'affaire.

Il traversa la crête qui le séparait du lieu de rendez-vous en quelques enjambées coûteuses en énergie en raison de la neige et savoura la solitude de l'instant en ces lieux grandioses et majestueux. Sous chacun de ses pas il entendait crisser la neige dans une douce mélodie aux accents sauvages.
Il affectionnait particulièrement de pouvoir embrasser de grands espaces en plein air après l'enfermement subi dans le train qui l'avait mené jusqu'à Abisko en Suède.
17h dans un espace clos et peuplé, à partager un compartiment avec d'autres passagers avaient eu raison de son seuil de tolérance à la compagnie et à l'enfermement. Fort heureusement pour tout un chacun, le voyage avait pris fin avant qu'il ne fissure complètement et que ça morosité ne se propage à la totalité des passagers.
Il avait ensuite passé quelques jours à randonner dans la région d'Abisko Östra, où il avait fait la connaissance du propriétaire d'une auberge de jeunesse proche de la gare. Ce dernier lui avait indiqué d'incroyables itinéraires enneigés vers les portes de la Laponie qu'il s'était empressé de tester, retrouvant ainsi le calme, la solitude et l'apaisement nécessaire à sa survie – et à celle des autres.
Son périple l'avait ensuite mené à basculer vers la Norvège en empruntant un autre train – il était maintenant plus que persuadé qu'il préférait l'avion, bien que plus onéreux – qui l'avait conduit à Narvik, en Norvège.
De fil en aiguille, au gré des opportunités et des rencontres, il s'était frayé un chemin à la mi-janvier vers les ïles Vesterålen où il devait rejoindre Silje.
Ils s'étaient rencontré une quinzaine d'années plus tôt, alors qu'il était encore à l'Ibas. La jeune femme comptait parmi les très rares personnes qui parvenaient à entretenir une relation à long terme avec lui - hormis quelques membres de sa famille. Ils s'écrivaient, de temps en temps, partageaient un attrait commun pour la nature et les créatures magiques. Elle avait renouvelé son invitation un grand nombre de fois. Cette année, il s'était senti prêt à accepter. Non pas qu'il lui déplaise de rendre visite à la jeune femme, d'autant plus qu'elle avait un atout incommensurable : elle faisait partie du cercle très privé des Gardiens de la Réserve Magique et Naturelle de Norvégiens à Crête.
Passionné par ces créatures, il avait eu l'occasion d'en admirer à deux reprises et s'était senti à chaque fois aussi émerveillé qu'un enfant à qui on annonçait que la magie existe. La seule retenue à cette visite avait pourtant été cette dernière : la magie.
Bien que l'élevage de dragons soit interdit par le code sorciers, des Gardiens de réserve étaient postés autour du secteur qui abritait une fantastique colonie pour entretenir les sortilèges repousse-moldus et veiller au bon développement des créatures dont on avaient jadis craint qu'ils s'éteignent. Les soigneurs les plus réputés au monde étaient recrutés pour permettre à l'espèce en voie de disparition de prendre un nouvel essor. Silje en faisait partie.
Mal à l'aise en compagnie sorcière, Ezio avait souvent repoussé ce voyage, sachant l'endroit connu pour être fréquenté uniquement par ses pairs. Néanmoins, poussé par le désir d'admirer à nouveaux ces créatures et encouragé par sa toute nouvelle formation qui l'engageait à repousser ses propres limites, il avait cette année accepté de tenter l'expérience pour la plus grande joie de son amie.

En cette saison, toute la région était plongée dans une nuit sans fin, interrompue uniquement quelques heures par une vague lueur au loin rappelant aux habitants que le soleil existait toujours, mais ailleurs.
Les ténèbres de l'hiver participaient grandement à la majesté des lieux, attirant aurores boréales et conférant l'étrange sentiment que peut-être, le soleil ne se lèverait plus jamais.

La neige filtrait et étouffait les bruits de la nature, si bien qu'il n'eut pas de mal à savoir qu'il était arrivé. Les chuchotements qui se voulaient pourtant discrets paraissaient être une offense à la nature environnante. De temps à autre, on percevait une voix au-dessus des autres intimant un silence, bien vite rompu par le bruit d'un pas dans la neige, d'un toussotement ou d'un éternuement.
Ezio esquissa un sourire et se dirigea vers le petit groupe. Les recommandations étaient formelles, il était extrêmement dangereux – et donc strictement interdit pour quiconque- de fouler les lieux sans être accompagné des Gardiens ; les Norvégiens à Crêtes comptant parmi les dragons les plus nerveux qu'il soit.
Bien qu'adepte des expéditions solitaires il n'avait osé aller à l'encontre de ces règles et avait décidé de se joindre cette nuit au groupe conduit par son amie. L'observation des dragons était plus que délicate et nécessitait la réunion de plusieurs conditions et paramètres minutieux. Les Norwegian Ridgeback  étant très agressifs envers leurs congénères, la période hivernal était l'un des rares moments où les groupes se formaient pour entamer la parade nuptiale qui permettrait aux femelles de pondre et élever leurs dragonneaux avant le prochain hiver. Tout le problème de l'observation de ce phénomène incroyable résidait en l'absence totale de lumière à cette période de l'année, ce qui compliquait légèrement la chose. Néanmoins, les sorciers avaient rapidement réussi à interpréter les signes avant-coureurs des aurores boréales qui en plus d'éclairer la scène, la rendait encore plus surnaturelle.
Cette nuit, les conditions étaient idéales puisque la soirée n'avait cessé de s'illuminer de couleurs, répandant sa magie sur la neige étincelante pour le plus grand plaisir du jeune barde qui se sentait tomber amoureux des lieux.

Il était arrivé la veille, se tenant prudemment à l'écart du groupe qui résidait au refuge depuis plusieurs jours. Il avait identifié des anglais, trois irlandais, quelques français,deux russes parmi les personnes présentes. Au cours de la journée il avait échangé quelques mots tout au plus avec certains d'entre eux, restant sur la réserve mesurée dont il faisait preuve face aux sorciers. Sa matinée avait été consacrée à une randonnée avec Silje qui lui avait fait découvrir les environs avec une joie contagieuse.
Cette dernière, au centre du groupe, lui fit un signe amical lorsqu'il parvint à leur niveau. A la lueur des baguettes des Gardiens, il distingua la cascade de cheveux d'un blond presque blanc qu'elle portait sous son bonnet à pompon. Elle se dirigea vers lui en souriant et glissa un bras sous le sien avant de l'entrainer vers les autres à travers la neige.

- Très heureuse que tu te joignes à nous. Murmura-t-elle.

Avec un sourire timide en guise de réponse, il alla se placer au sommet marqué d'un immense cairn, légèrement à l'écart des autres.

Un des gardiens entama une série de recommandations – en plusieurs langues-  pendant que les autres répandaient des sorts de camouflage autour du groupe pour éviter qu'ils ne soient trop visibles et audibles ce qui empêcherait les dragons de venir.
Appuyé contre la pierre gelée du cairn, Ezio envoya machinalement la main dans la poche de son pantalon tout en écoutant les différentes langues chantantes qui égrainaient les instructions. Ses doigts rencontrèrent le petit pendentif étoilé et se refermèrent sur lui avec précautions. Depuis son départ d'Angleterre il avait tenté de ne pas penser à elle, mais telle une obsession, elle s'était invitée dans la plupart de ses gestes. Lorsqu'il avait dessiné, une petite silhouette brune s'était immiscée dans chacun de ses décors et lorsqu'elle en était absente, c'était son visage entier qui naissait sous son crayon. Lorsqu'il fermait les yeux, il revivait les instants hors du temps qu'avait abrité le Lemon tree. Et quand il écrivait, les mots se brouillaient pour esquisser des histoires qui lui échappaient. Malgré ses efforts, une question le hantait : qu'aurait été ce voyage si elle était venue ?
Certes, il n'aurait pas pu y avoir de dragons. Mais il était certain qu'elle aurait aimé le reste. La neige, le grand air. Il imaginait parfaitement son sourire face au spectacle somptueux des aurores boréales. Il voyait d'ici ses yeux briller au-dessus de ses joues roses. S'accordant un faible sourire, il repoussa gentiment le souvenir d'Anastasia. Chaque fois qu'elle s'invitait dans ses pensées, il était pris d'un étrange sentiment qui vacillait entre bonheur et nostalgie. Il ne regrettait rien. Même pas son choix pour un autre. Elle avait été à lui une nuit et chacun avait repris son chemin, sans l'autre. Pourtant il avait attendu. Tuant lui-même son fol espoir avec sarcasme et réalisme. Une femme mariée ne quitte pas sa vie pour un inconnu croisé dans un pub. Malgré tout, depuis cette rencontre déconcertante, il se sentait étrangement bien et calme.
Précieusement, il replaça le porte-bonheur au fond de sa poche et ferma les yeux un instant avant de pouvoir profiter du spectacle.
Nul ne savait combien de temps il faudrait encore attendre. Autour de lui, quelques membres du groupe échangeaient des impressions à voix basses. Bien que se sachant couverts par les sortilèges des Gardiens, ils semblaient ne pas oser s'exprimer à haute voix. Ezio scrutait la nuit de ses yeux sombres, le cœur marquant la cadence de son impatience.

*Lullaby, W Blake.


Scotland Homemade ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t170-ezio-shepherd-poete-et-barde http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t135-ezio-shepherd-barde
avatar



Messages : 34
Âge du Personnage : 20 ans
Lieu de vie : Londre

MessageSujet: Re: Eachdraidh dragon : Histoire de dragon. Lun 4 Juil - 2:28

Faith s’était battu afin de pouvoir aller visiter cette réserve. Elle tenait à voir ces dragons plus que tout au monde. Les Norvégiens à Crête étaient ses dragons préférés et elle faisait une recherche pour son cour de soins aux créatures magiques. Quoi de mieux lors d'une recherche que d'aller voir les dragons dans leurs habitats, mais les premières années n'étaient pas sensé aller voir des dragons. Elle avait donc dû faire valoir son point de vue et se battre férocement pour avoir les autorisations nécessaires. Lorsqu'elle avait appris qu'elle avait gagné et qu'elle se rendrait à la Réserve Magique et Naturelle de Norvégiens à Crête, elle avait explosé de joie. Même Hécate, sa chatte et sa meilleure amie, n'avait pas réussi à la calmer. Son hyperactivité n'aidant pas, elle avait passé la journée à courir et à danser. Il avait finalement dû la mettre en contact avec deux licornes pour qu'elle se calme.

Après quelques pas sur la piste, Faith était arrivé à la conclusion qu'elle n'aurait pas le choix d'utiliser un peu de magie. Avec sa petite taille, elle se retrouvait incapable d'avancer tant elle s'enfonçait dans la neige. Une fois le sort jeté, ses pieds flottaient à quelques millimètres au-dessus de la neige. Gambadant plus que marchant, elle avançait en admirant la vue. Tout était blanc autour d'elle, cela aurait pu être ennuyeux si ce n'était de ce qui se préparait. Elle bouillonnait d'envie de se mettre à courir afin de rejoindre les dragons plus rapidement, mais elle savait que si elle faisait cela, elle se ferait tout aussi rapidement jeter hors de la réserve.

Les exigences concernant l'accord pour qu'elle puisse se rendre là lui revinrent à l'esprit. «Tu devras être calme et respecter tous les règlements de la réserve, ne t'impatiente pas de voir les dragons et surtout ne risque pas ta vie en allant plus près que permis.» Elle adorait peut-être les dragons, mais lorsque la dernière exigence lui était parvenue aux oreilles, Faith s’était retenu de justesse de rétorquer qu'elle n'était pas totalement idiote non plus. Elle savait parfaitement qu'elle devait tout faire pour leur montrer qu'ils pouvaient sans prendre aucun risque l'envoyer voir toutes les créatures possibles. La jeune sorcière voulait avoir la chance de voir tout ce qu'il y avait à voir, afin d'en connaitre le plus possible en sortant de l'université, mais pour cela elle devait prouver aux professeurs et à la direction de l'université que son hyperactivité ne serait jamais un danger pour elle.

Le plus difficile pour elle avait été de laisser Hécate à la maison. Sa jolie chatte noire n'aurait pas aimé la neige et encore moins les dragons, mais la meilleure façon de calmer Faith était qu'elle soit en présence d'animaux. La nuit aidait un peu au moins à clamer l'excitation de Faith. Lorsque Faith arriva vers le groupe avec qui elle devrait visiter les lieux, elle s'assit jambe croisé toujours flottante à quelques millimètres de la neige et contempla les aurores boréales, espérant trouver dans ces dessins magnifiques un peu plus de calme. Son corps battait à cent milles à l'heure, et des fourmis parcourraient ses jambes qui la suppliaient de se relever et de bouger. Elle se concentra sur le paysage un moment respirant le plus lentement possible, puis se mis à regarder les gens autour d'elle. Elle vit la gardienne qui ferait la visite à son groupe aller chercher un dernier participant, puis elle se leva afin d'écouter les recommandations, puis attendit que celles-ci soient répétées dans différentes langues. Plusieurs sorts furent jetés afin de camoufler le groupe, puis il fut le temps d'attendre. Personne ne sachant exactement combien de temps il faudrait attendre, c'est ce qui avait le plus inquiété Faith. Attendre et ne rien faire n'était pas son genre, aussi se balançait-elle d'un pied sur l'autre, ses yeux cherchent dans l'obscurité. Elle fit ceci, jusqu'à ce qu'elle bouscule légèrement la personne à ses côté. Enfoncé jusqu'à mi-cuisses dans la neige, une écharpe autour du coup, il détonnait un peu des autres. Elle lui fit un petit sourire gêné et recommença à observer attentivement les environs. Elle se concentrait tellement à rester calme et à chercher des yeux dans l'obscurité un mouvement indiquant la présence des dragons, que lorsqu'un dragon rugit elle sursauta et dut s'agripper aux bras de l'homme à côté d'elle pour ne pas tomber par terre. Elle dut reprendre quelques secondes afin de se calmer de nouveau et réaliser qu'elle tenait fermement le bras de l'homme à ses côtés.

- Désolée, j'étais peut-être un peu trop concentrée.

Elle rendit la liberté au bras de l'homme et lui offrit de nouveau son petit sourire timide. Elle replaça les quelques mèches bleues maintenant rebelles et recommença à scruter l'obscurité, mais cette fois sans bouger et en se préparant à entendre rugir. Elle jeta de nouveau un coup d'oeil à son voisin.

- Au fait moi ses Faith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t1325-faith-knight
avatar


Sexy Menestrel

Messages : 924
Âge du Personnage : 33 ans
Lieu de vie : Un peu partout... (Je te jure, j'ai pas mieux)

MessageSujet: Re: Eachdraidh dragon : Histoire de dragon. Lun 11 Juil - 18:11



Les couleurs qui déchiraient le ciel se réverbéraient sur la neige et offraient à la soirée une atmosphère plus magique encore si cela était possible. Des étoiles plein les yeux, Ezio observait toujours les volutes de fumée témoins de sa respiration qui s'élevaient au-dessus de sa tête vers la luminescence des aurore boréales enchanteresses.
Lorsque le cri de l'un d'eux perça le silence environant il réprima un frisson, comme l'ensemble de l'assistance.
L'ambiance était une combinaison de tension – les gardiens étaient plus que vigilants à la sécurité de leurs invité– de surprise et d'enchantement.
Scrutant le ciel de ses yeux sombres, il dessinait mentalement la bête à l'origine de ce cri. Il imaginait un mâle à l'envergure impressionnante qui ne tarderait pas à déployer ses ailes au-dessus d'eux. Le souffle coupé, les sens en alerte, il lui semblait que son cœur était sur le point d'exploser et qu'il n'avait jamais rien vu d'aussi magique.
Tout à l'attention de voir surgir la première bête, il en avait oublié la présence à ses côtés de la petite silhouette qui l'avait bousculé quelques minutes plus tôt et à qui il avait rendu un sourire amical derrière son écharpe.
Néanmoins, lorsque le Norvégien à crête avait rugit, la petite créature agitée s'était emparé de son bras sous l'effet de la surprise et entreprenait de le broyer gentiment, subjugué par la puissance du cri. Il lui fut plus difficile de l'ignorer à cet instant, mais il ne dit rien, trop impressionné par ce qui devait se déroulait à quelques mètres en altitude.
Le groupe dans sa totalité était silencieux et semblait oublier de respirer. Sauf la voisine d'Ezio qui parut alors réaliser l'emprise qu'elle avait sur le bras de ce dernier et qui le relâcha en lui octroyant un petit sourire gêné et quelques paroles d'excuses auquel il répondit par un sourire amical. Elle paraissait toute jeune, portait des cheveux bleus et semblait tout aussi fascinée que lui. Constatant qu'elle avait du mal à rester immobile, il réprima un autre sourire en songeant à la longueur que pourrait prendre cette soirée pour cette petite boule de nerfs qui n'avait pas fini de lui marcher sur les pieds.
Leurs yeux se croisèrent alors qu'il continuait à l'observer et il sursauta presque lorsqu'elle entama la conversation, ses mots jurant avec le silence qui régnait autour d'eux.

Faith. Voilà un prénom qui devait accompagner toute une vie. On ne pouvait pas s'appeler Faith et ne pas porter en soi la foi de ceux qui lui avaient accordé un tel honneur. Faith. Un prénom aussi fragile et fort que ce en quoi l'on peut croire dans une vie. Puissant pour perdurer à travers les siècle, mais aussi fragile qu'une flamme capable de vaciller à chaque instant.

Conscient que la bienséance sociale l'invitait à répondre en mentionnant son propre nom, il mit fin à ses tergiversations et répondit en chuchotant.

- Ezio. Enchanté, Faith.

A peine eut-il répondu qu'un rugissement plus proche encore se fit entendre dans l'obscurité, bientôt imité par un second provenant de derrière le groupe. Ezio sentit des fourmillements lui parcourir le dos.

-...A nis...

Puis le ciel se déchira. Une silhouette plus grande encore que ce qu'il avait imaginé pourfendit la toile obscure et se découpa à travers les lueurs boréalesques. La bête était flanquée de deux ailes immenses qui semblaient avoir été découpées dans la dentelle. La gueule béante, laissait entrevoir une lueur de flammes naissante. Les baguettes des gardiens irradiaient une douce lueur bleuté au-dessus d'eux, qu'Ezio devina être un sortilège de protection  au feu. Il dut avouer que pour une fois, il était ravi que quelqu'un à ses côté brandisse une baguette.

- faireachdainn!

La créature virevolta un instant, effectua un demi-tour est plongea derrière un sommet environnant. Bientôt deux autres silhouettes plus haut entamèrent à leur tour une danse folle. Se répondant de leurs corps et leurs cris, elles paraissaient se défier dans une chorégraphies impressionnante et millimétrée. Le souffle coupé, Ezio observait, fasciné, gravant en mémoire les mouvements et les sons qui l'entouraient, conscient de vivre une fois encore une scène exceptionnelle. Un mouvement sur sa gauche attira son œil.

Silje avait détaché son regard des dragons et lui souriait en abordant ce petit air signifiant probablement « alors, je t'avais pas dit que ça valait le coup ? » Il lui sourit comme un gamin un matin de Noël et hocha la tête avant de reprendre sa contemplation là où il l'avait laissée.

Oui cela valait le coup. Cela valait toutes les heures de train dans des wagons surchargés. Des nuits d'insomnie et cette sensation de malaise qui le saisissait chaque fois qu'il se trouvait au milieu de sorciers qui ne manquaient de le questionner sur son mode de vie. Cela valait des heures d'attente, le froid, l'immobilité et même de se faire compresser le bras par une … jeune fille aux cheveux … bleus.

- Je crois que je n'ai jamais rien vu d'aussi beau. Glissa-t-il à sa voisine, désireux de partager cette sensation d'émerveillement qui les avait certainement tous saisis.

Et c'était ça la magie. La nature dans toute sa force.


Scotland Homemade ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t170-ezio-shepherd-poete-et-barde http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t135-ezio-shepherd-barde
avatar



Messages : 94
Âge du Personnage : 19 ans
Lieu de vie : Londres ou campus de l'université

MessageSujet: Re: Eachdraidh dragon : Histoire de dragon. Jeu 1 Sep - 21:30

Elle ne savait pas exactement comment cela était arrivé. Il y avait eu cette annonce pour un voyage, pour voir des dragons. L’université les tenait régulièrement au courant des événements et activités proposées. Elle y jetait un coup d’œil, sans trop faire attention, quand elle avait vu le message. Les créatures magiques étaient l’affaire des monoceros mais il y avait cette ligne, perdue dans le texte, informant qu’une place était offerte aux autres filières. Elle avait immédiatement sorti une feuille. La réponse était arrivée quelques temps après. L’étudiante ne savait toujours pas ce qui avait pu les convaincre dans sa lettre de motivation. Il est vrai qu’elle avait toujours aimé argumenter, elle aimait assez avoir raison et avait appris à construire une démonstration. Et puis elle écrivait un peu sur son temps libre. Elle l’avait amenée le jour même. L’événement avait néanmoins eu tellement de succès, il était sur toutes les lèvres. Les dragons étaient encore très populaires. Elle pensait avoir peu de chance d’être choisie. Mais voilà, elle était là, en Norvège.

Pour se préparer au voyage, elle avait une liste des sorts qui lui seraient utiles. Cela n’avait pas été très long, elle y avait déjà pensé de nombreuses fois. Elle faisait cela depuis son entrée à Poudlard, depuis qu’elle avait découvert que la magie existait. Elle jouait aux "Et si". Et si je voulais faire de la plongée, et si je voulais survivre dans le désert, et si je voulais me balader en antarctique…Quand on débarque dans un monde de toutes les possibilités on veut savoir jusqu’où cela peut nous amener. Lors de leur première sortie pour visiter les alentours, elle s’était tellement bien protégée qu’elle s’était coupée du monde extérieur. Elle ne s’enfonçait plus dans la neige, elle l’entendait à peine, elle n’avait plus froid, ne sentait plus le vent. Sa combinaison était presque superflue. Seule la vapeur de sa respiration lui rappelait où elle était. Alors par la suite, elle avait fait quelques modifications. Juste pour se faciliter la tâche. Son pull, ses gants et ses chaussettes irradiaient une chaleur douce mais le froid lui mordait encore les joues. Elle avait limité son enfoncement dans la neige sans le supprimer, juste pour ne pas trop se fatiguer en marchant. Elle avait aussi amélioré sa vision. Pas question de perdre un détail du spectacle.

Au premier cri, elle fouilla la nuit sombre. Ils étaient là, enfin. L’observation dans le milieu naturel pouvait être aléatoire mais ils étaient là, non rien. Elle perdit toute notion d’espace. Le froid, les autres, il n’y avait plus rien à part ce grand ciel noir où elle ne distinguait rien. Est-ce qu’elle respirait ? Est-ce que son cœur battait même ? Elle avait loupé le bestiaire mais pas les dragons. Puis il surgit, majestueux. Ce devait être l’expérience la plus magique qu’elle ait vécu. Des dragons, mince ! Un sourire immense était collé sur son visage. Et voilà, elle avait cinq ans de nouveau. Puis un rougissement retentit, et un autre tout prêt. Elle fit volteface comme la plupart des sorcier présents. La bête prit son envole et elle retint un mouvement de recul. L’instinct de survie surement. Elle avait beau savoir qu’elle ne craignait rien, qu’on les protégeait… Seul le froid glacial la retenait de sortir sa baguette. Il passa tout prêt, ouvrit sa gueule où naissait un feu. A ce moment-là, elle rêvait qu’il crache ce brasier. On les protégeait, elle n’avait pas peur d’être blessée et ce serait un spectacle tellement impressionnant ! Mais il partit alors qu’elle le suivait des yeux. Deux autre virent, dansant au-dessus de leur tête. Elle n’avait jamais rien vu d’aussi beau.

Des voix dans la ramenèrent sur terre. Elle se réveilla de cette admiration contemplative lors que les mots faisaient écho à ses pensées. Pour un peu, elle aurait pu croire qu’ils venaient d’elle, qu’elle se mettait à réfléchir tout haut. Mais ce n’était pas sa voix. Elle se retourna vers eux, les yeux pétillants.

- Je suis d’accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://[url=http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t774-anna-fallon-en-cours]Carnet de voyage[/url] http://[url=http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t765-anna-fallon]fiche[/url]
avatar


Sexy Menestrel

Messages : 924
Âge du Personnage : 33 ans
Lieu de vie : Un peu partout... (Je te jure, j'ai pas mieux)

MessageSujet: Re: Eachdraidh dragon : Histoire de dragon. Dim 18 Sep - 14:07

Couverts comme ils l'étaient et dans une obscurité percée seulement par les rayons des aurores, la seule chose qu'il voyait des personnes qui lui parlaient étaient leurs yeux. Ceux-là était clairs et pétillants d'une joie aux relents d'enfance. Un sourire émerveillé étirait ses lèvres alors qu'elle leur faisait face. Le nez plongé dans son écharpe il réalisa qu'elle ne pouvait voir le sourire qu'il lui offrait en retour si ce n'est à travers ses yeux à lui. Tirant quelque peu sur l'étoffe qui enserrait son cou et ses oreilles, il se dégagea légèrement la bouche avant de lui répondre.

- Vous en aviez déjà vu ? Demanda-t-il, curieux.

La fascination exercée par les dragons empêchait quiconque de savoir s'il s'agissait d'une première fois ou non. Il était persuadé qu'à son centième dragon, il serait toujours aussi émerveillé.

Son premier dragon était un Noir des Hébrides, majestueux et indomptable. Probablement moins impressionnant que ceux-ci, mais un dragon tout de même. Et ce jour là, pas de Gardiens à l'horizon pour garantir une quelconque sécurité. Ses pensées caressèrent à nouveau Mélusine. Il revoyait clairement la silhouette haute et maigre de la jeune femme, jambes écartées face à la bête. Ils avaient manqué y passer tous les deux ce jour là.

Au-dessus de leur tête, le ciel se calmait. Dans un silence qui semblait précéder l'éclat d'un orchestre, les ténèbres se refermaient sur les couleurs des aurores boréales dansantes. Le froid lui parut redoubler d'ardeur, à moins que son esprit n'ait été trop concentré sur le reste pour s'en préoccuper avant. Il remua les jambes à plusieurs reprises et enfouit à nouveau ses mains dans les poches pour leur éviter de geler sur place. La morsure de l'air lui piquait les joues et les yeux, douloureuse et cynique. Sans nul doute le prix à payer pour la place de spectacle. A travers les mailles des épaisseurs de pull qu'il avait enfilées, il sentait la piqûre du froid sur ses poumons. Peut-être que le prix serait plus élevé que prévu.

Comme pour appuyer ses idées, le silence fut bien vite rompu par un hurlement profond et rauque bientôt suivit d'un sifflement terrifiant. Les cris se répondirent quelques secondes durant, perpétuant leur écho tout autour des spectateurs qui cherchaient à identifier la provenance de ces derniers. L'un des Gardien venait de lancer une volute de fumée bleutée qui indiqua une direction vers laquelle tous les yeux avides de connaître la suite se tournèrent.
Un enchevêtrement de têtes, de pattes et de queues naquit derrière un sommet avoisinant. On pouvait distinguer à travers les lueurs colorées des aurores polaires deux énormes bêtes se livrant un combat acharné dans les airs. Les mâchoires claquaient quand les gorges hurlaient. Les deux corps se heurtaient régulièrement, se propulsant d'un côté puis de l'autre des montagnes. C'était à celui qui impressionnerait le plus l'autre de par ses rugissements et sa férocité. Le combat qui au début paraissait être une démonstration de force parfaitement chorégraphié, commençait à se faire plus réel, moins esthétique alors que d'autres silhouettes s'étaient élevées autour d'eux et entamaient un ballet sans intervenir. Ezio en déduisit qu'il s'agissait de deux dragons mâles qui se battaient pour une femelle. Le contact des pierres du cairn dans son dos lui indiqua qu'il avait machinalement fait un pas en arrière à la vue de ce spectacle impressionnant. Le froid lui sembla d'une autre intensité encore, comme s'il venait de l'intérieur.
Lorsque la première flamme jaillit, il se baissa instinctivement – bien que cette dernière ne soit à une altitude bien plus haute que la leur – alors qu'autour d'eux, hommes et femmes réprimaient des cris de surprise ou de peur.
L'un des dragons grogna – de douleur peut-être ? - alors que l'autre se jetait à nouveau sur lui toutes griffes en avant, presque à l'aplomb maintenant du petit groupe d'observateurs qui n'en menait pas large. L'ardeur des deux combattants redoubla alors qu'ils ne formaient plus qu'une masse informe composée de dents et de hurlements. Alors que l'un des deux tentait de se détacher de l'autre, le premier paraissait bien décidé à ne pas laisser son concurrent fuir le combat, il plongea à sa suite, forçant l'autre à descendre bien plus bas en piqué, vers les observateurs effarés, où il se heurta à l'un des nombreux sortilèges de protection mis en place par les Gardiens. Alors qu'une brume dorés se dispersait sous l'impact du corps du dragon, un étrange son étouffé naquit du contact sortilège/ dragon. Ce dernier parut rebondir dans les airs et sans plus se soucier du petit groupe d'humains sous ses ailes, il reprit sa course folle pour échapper à son adversaire.
Humainement, l'émotion était plus intense. Inversement proportionnelle à la taille des créatures. Parmi le groupe, certains s'étaient jetés à terre en hurlant. Les Gardiens intimaient le silence, peu désireux de mettre leurs sorts à l'épreuve d'un dragon qui voudrait volontairement les percer. D'autres s'étaient jetés sur leur voisin en quête de réconfort et Ezio s'était à nouveau instinctivement rapproché de la solidité rassurante du cairn lorsque quelque chose de brûlant tomba dans son dos, entre les plis de son écharpe. Il réprima une exclamation de surprise et se dégagea brusquement de l'appui de cairn, trébuchant dans la neige et entraînant avec lui, la jeune femme aux yeux clairs qu'il essaya de ne pas écraser de tout son poids en tombant dans la poudreuse glacée.

- tha mi duilich!*


*Je suis désolé


HJ: Sans nouvelles de Faith depuis des mois, je me suis permis d'avancer. Si jamais tu reviens, tu pourras te "greffer" à la suite sans problème et tu seras la bienvenue. Smile

Anna, j'espère que ça te convient.


Scotland Homemade ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t170-ezio-shepherd-poete-et-barde http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t135-ezio-shepherd-barde

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Eachdraidh dragon : Histoire de dragon.

Revenir en haut Aller en bas
Eachdraidh dragon : Histoire de dragon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» DRAGON vs GGHH
» Sauvée! (PV: Chant du Dragon)
» Player Finds Spooky Secret Message In Dragon Age Inquisition / Kotaku
» Qui combat le dragon, devient dragon lui-même! [avec Jia Li]
» Ninjutsu : Mokuton, art du bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Reste du Monde :: Europe-