L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Le coeur a ses raisons, que la raison veut mettre en prison [PV Dean Seaworth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Le coeur a ses raisons, que la raison veut mettre en prison [PV Dean Seaworth] Lun 11 Jan - 0:03

3 janvier 2016  

C’était le dernier matin des vacances de Noël, que Stella avait passées pour la première fois au château. Elle passait normalement Noël auprès de ses parents à Londres, mais cette année, elle leur avait demandé la permission de faire autrement. En apprenant que Dean ne pourrait pas rentrer chez lui cette année pour célébrer le temps des fêtes auprès des Seaworth, elle ne put s’empêcher d’éprouver une sincère sympathie en l’imaginant seul au à Poudlard pour accueillir la nouvelle année. Dean n’était pas du genre à se plonger dans un livre pour le simple plaisir et encore moins à débuter ses révisions en pleines vacances, et pour une fois elle ne pouvait pas le lui reprocher. Que diable allait-il faire de lui-même une fois le château désert? Sachant que sa famille n’était pas des plus riches elle ne pouvait s’empêcher d’assumer que cela pouvait avoir un lien avec le fait qu’il ne retourne pas chez lui pour cette période de l’année, mais elle n’osait pas le lui demander.

C’est ainsi qu’elle décida de rester à Poudlard, pour tenir compagnie à Dean et sans doute aussi, car son cœur s’affolait un brin rien que de penser qu’elle l’aurait à elle seule pour une semaine entière, mais ça, elle refusait bien de se l’admettre.

Elle avait essayé de s’empêcher de penser à ces satanés papillons qui sautillaient partout comme des tarés dans son ventre chaque fois que son regard croisait celui du Poufsouffle. Elle avait essayé durant des années de rester insensible à ses petites tentatives de flirt ici et là, et de prétendre qu’elle n’en voyait rien. Il ne fallait pas se leurrer, les garçons de son âge ne rêvaient pas de l’amour avec un grand A, et si elle se laissait prendre au jeu, elle risquait de finir plus blessée qu’autre chose, et de perdre un ami dans la mêlée.

Cependant, depuis quelques temps, elle avait un peu plus de mal à être raisonnable. Plutôt que de s’efforcer de le chasser de ses pensées, elle le mettait en tête de ses rêveries, allant jusqu’à devenir distraite en cours, ce qui ne lui ressemblait pourtant pas, elle qui savait habituellement faire preuve d’une concentration inébranlable. Elle commençait à s’accrocher à cet espoir qui était né dans son cœur et poussait tel un petit coquelicot dans les champs de Flandre. D’autant plus que ces vacances passées presque seule avec lui n’avaient pas manqué d’alimenter ses sentiments qui se développaient à une vitesse extravagante.

Pourtant… Elle ne savait pas ce que lui éprouvait au fond de lui-même. Elle ne savait que deux choses : que son cœur s’emballait dès qu’elle se retrouvait en sa présence, et qu’elle ne saurait jamais décoder son regard tantôt rieur, tantôt empreint d’une once de mystère qui lui conférait une certaine profondeur.

Une chose était sûre : elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver un fort pincement au cœur quand elle songeait que le lendemain, les autres élèves allaient réapparaître dans les couloirs de Poudlard et qu’elle devrait partager Dean avec les autres à nouveau.

Empreinte d’une nostalgie nuisant à sa bonne humeur habituelle, elle jouait distraitement avec la nourriture se trouvant dans son assiette, triturant un morceau de poulet du bout de sa fourchette. Ils étaient assis à la table des Serdaigles dans la grande salle, qui était plus silencieuse que jamais vu le nombre d’étudiants on ne peut plus réduit.

« Bon… dernière soirée de vacances » prononça-t-elle peu convaincue des bienfaits d’exprimer à voix haute cette terrible réalité.

Cette affirmation ne semblait pas trop l’affecter, puisqu’il répondit qu’il irait se coucher tôt pour être en forme pour le lendemain. Ceci ne manqua pas de la surprendre, puisque ce n’était pas dans son habitude que d’adopter un comportement aussi exemplaire. Elle tenta tant bien que mal de masquer sa déception, elle qui s’était imaginer passer un dernier moment en sa compagnie. Heureusement, elle crut déceler une pointe de malice dans les yeux du Poufsouffle, juste comme elle laissait de côté son assiette pour attaquer un morceau de tarte au sucre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons, que la raison veut mettre en prison [PV Dean Seaworth] Mar 19 Jan - 22:03



« Ces vacances sont géniales purée, le Chateau pour nous tout seul! »

Enfantin. La tête ailleurs. Le sourire moqueur. Dean était plongé dans ses pensées, si bien qu'il ne se rendait absolument pas compte qu'il était en train de parler à voix haute. Ce ne fut qu'après avoir croisé les yeux de Stella qu'il s'aperçu qu'il était, non pas dans sa chambre en train de parler à son crapaud Oghren comme il amait le faire de temps à autre (ne le jugez pas, ce ne serait pas gentil) mais bien en face de la Serdaigle, qui lui lançait un regard doux... Quoi que perplexe.
La jeune fille avait, contre tout attente, passé ses vacances de Noël à Poudlard. En 5 ans, jamais il ne l'avait vu rester à l'école pendant les périodes de fête. Lui, ça lui était arrivé deux fois; une fois en troisième année et la seconde l'année dernière, pendant la cinquième. Il s'en était toujours accommodé, cherchant comment remplir son temps de manière intelligente... Ou non. Mais peu importait.

Cette année, il n'avait pas eu besoin de chercher bien loin, il avait passé quasiment tout son temps avec l'aiglionne. Le château et les couloirs étant déserts, les deux sorciers avaient pu s'adonner à bon nombre d'activités: promenade dans le parc (gâché par Dean qui lui avait balancé un nombre incalculable de boules de neige), repas partagés ensemble (toujours avec ce sale gosse qui essayait de faire tenir un verre de jus de citrouille sur son nez, alors que Stella s'exclaffait), il l'avait même accompagné  la bibliothèque. Temple du savoir que le blaireau tentait toujours d'éviter le plus possible.

Au vu de leur longue amitié, celà avait semblé normal au jaune de traîner exclusivement avec la belle brune. Il n'avait pas franchement réfléchi, tant leur lien était naturel. Quoi que... Ponctué de temps à autre de remarques piquantes de sa part. Il falait avouer: il avait toujours essayé de séduire la Serdaigle lorsqu'ils étaient plus jeunes. Bien qu'il montrait une indifférence marqué maintenant, il n'avait jamais complètement lâché l'affaire.

Leur rencontre déjà avait été bien mouvementée. Alors qu'ils n'étaient tout deux que de petits sorciers sans expérience, Dean avait remarqué les incessantes moqueries dont Stella était la victime. A onze ans bordel. Onze putains d'années. Les gamins étaient des fuckin chiens entre eux. Le cuivré, déjà bien combatif à cet âge, s'était précipité pour s'interposer entre les fauteurs de trouble et la bleue. De là s'était formé une relation qui semblait partir sur une base purement amicale, mais c'était sans compter sur le caractère du blaireau.

Du plus loin qu'il pouvait se souvenir, Stella avait été la première fille avec qui il avait voulu sortir. A onze ans. Onze ans toujours. Cet âge ingrat. Il était ensuite passé à autre chose, enchaînant des conquêtes plus ou moins sérieuse. Mais la sorcière avait toujours été là pour lui, toujours. En maths, on aurait probablement appelé ça une constante. Lui, aurait appelé ça un pillier de vie. Et ouais, on ne lésine jamais sur les mots avec les Seaworth.  

Mais fierté, il ne lui dirait jamais.

Il s'était souvent demandé ce qu'il ressentait à son égard. Avait-il tout foutu dans un tiroir lorsqu'elle avait refusé ses avances plus jeune, histoire de ne plus y penser? Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de toujours la titiller sur son apparences, ses choix. C'était son mode de fonctionnement dans chaque relation, amicale ou non.

Mais là, il était vrai, c'était... Différent. Depuis quelques temps.

Elle rompit le silence, rappelant que c'était le dernier soir des vacances. Et, donc, le dernier soir qu'ils pouvaient passer ensemble. Dean haussa les sourcils et releva le menton, plongeant ses yeux dans les siens. Il était vrai. En fait, ça dénotait complètement avec la phrase qu'il venait de prononcer. Non, les vacances ne « sont » pas géniales, elles « étaient ».

« Ouais. C'est pas totalement faux. J'avais oublié cette foutue rentrée. Vu le peu d'heures de sommeil que je me suis tapée ces deux dernières semaines, il vaudrait mieux que je me couche tôt. C'est tout un travail d'emmerder les professeurs; hein? Nan puis faut que je sois fin prêt pour taffer et... Bah! »

Il fit ensuite mine de bailler, guettant la réaction de sa partenaire. Celle-ci ne se fit pas attendre: son visage prit une rapide expression de déception, avant de se plonger dans la dégustation d'une tarte au sucre. Elle ne le connaissait que trop bien, mais avait décidé de rester silencieuse.

Le cuivré regarda ensuite la Grande Salle, quasiment vide. Les professeurs étaient tous plongés soit dans leurs assiettes, soit dans de grandes conversations qu'il imaginait philosophiques. Dans tous les cas, personne ne faisait attention à eux.

« Bonne cette tarte? » dit-il pour attraper le regard de l'aiglionne. Dès que ses pupilles croisèrent les siennes, il enchaîna : « Eh, il vaudrait mieux que tu la finisses rapidement, tant que personne ne nous regarde... »

Il vit une certaine rougeur monter jusqu'aux joues de son « amie » mais fit mine de ne pas en tenir compte. Sans demander son reste, il se leva et jeta encore une fois un oeil à ce que les autres occupants de la pièce faisaient.

Parfait.

Il se dirigea vers l'entrée de la Grande Salle et regarda sa montre, il était tôt. Le couvre-feu était loin, encore loin. Même si quelqu'un les attrapait, ils pouvaient toujours dire qu'ils se promenaient.
Qu'avait-il en tête?

Une promenade nocturne inoubliable. Autant clôturer ces vacances en beauté.

Cinq minutes après (et encore), Stella fit son apparition. Face à lui, le regard courroucé, une envie de le secouer pour lui demander quel était le fuck probablement. « Avant que tu m'engueules pour me demander ce qu'il se passe dans mon crâne, écoute ma proposition. Toi. Moi. Le Château encore vide pour une nuit. Ses secrets tout ça tout ça, ça semble fuckin cool, non? »

J'vais m'en prendre une j'vais rien comprendre à ma vie, pensa-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Le coeur a ses raisons, que la raison veut mettre en prison [PV Dean Seaworth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» MAËLLE ∆ car le coeur a ses raisons, que la raison ignore
» Léna - Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» "Le cœur a ses raisons que la raison même ignore" - Avec Aaron S. Hill et Oka Rules [Event Eclipse]
» Jules || Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» Archives partie 86 Express : Le coeur a ses raisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Académies de magie :: Collège Poudlard :: A l'intérieur du château-